Côte d'Ivoire : Bruxelles, Laurent Gbagbo met ses partisans en garde

Laurent Gbagbo réclame le calme à ses partisans
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 05 juin 2019 à 13:30 | mis à jour le 05 juin 2019 à 13:32

Pas question pour Laurent Gbagbo de laisser ses partisans faire une quelconque manifestation à Bruxelles où il réside. L''ex-président ivoirien a fait savoir cette exigence par le biais de la représentante de son parti en France.

Laurent Gbagbo interdit une manifestation de ses partisans

Libéré sous conditions, le 1er février dernier, Laurent Gbagbo vit à Bruxelles où il a été admis en résidence. Les autorités belges viennent d'ailleurs de renouveler son titre de séjour pour trois mois supplémentaires. Contrairement à son ancien ministre Charles Blé Goudé, qui fait des apparitions publiques depuis son hôtel à La Haye, l'ancien président ivoirien s'est muré dans un certain silence, recevant des invités triés sur le volet. Ses partisans s'impatientent donc quant à son retour au pays. Aussi, envisagent-ils de faire des manifestations de soutien à leur leader à Bruxelles.

Totalement opposé à cette idée de manifestation qui pourrait le desservir, Laurent Gbagbo a lancé l'appel aux initiateurs d'un tel projet de surseoir à sa réalisation, d'autant plus qu'il a pris l'engagement de n'être en rien un facteur de troubles à l'ordre public dans son pays d'accueil, la Belgique.

Georgette Nekalo, représentante du FPI « Gbagbo ou rien » en France métropolitaine, a pour ce faire produit un communiqué dans lequel elle appelle les militants de son parti à s'abstenir de toute attitude qui pourrait nuire à leur leader. « Les manœuvres dilatoires de la CPI n'auront pas raison de notre discipline et de notre intelligence. Ensemble, renonçons aux émotions et à une révolte inutile. Votre victoire, notre victoire, est certaine, dans la discipline en tenant compte du souhait du président Laurent Gbagbo », a-t-elle recommandé.

Notons que durant ses huit années passées à La Haye, Laurent Gbagbo a eu droit au soutien de ses partisans, qui n'ont point faibli dans leur mobilisation jusqu'à la libération, début février, de leur leader.



Les commentaires
Prochainement disponible...
Articles les plus lus
04