Après Ouattara, Amadou Gon Coulibaly donne des consignes fermes aux ministres

Amadou Gon Coulibaly lance ses ministres sur le terrain

Gon Coulibaly reçoit des instructions du président Alassane Ouattara
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 11 septembre 2019 à 11:30 | mis à jour le 11 septembre 2019 à 11:50

Alassane Ouattara a mis en place un nouveau gouvernement depuis le 4 septembre dernier. Amadou Gon Coulibaly, chef de ce gouvernement, a donné une feuille de route stricte aux ministres d'après les instructions du Président de la République.

Amadou Gon Coulibaly lance ses ministres sur le terrain

À 13 mois de l'élection présidentielle de 2020, Alassane Ouattara a mis en place un nouveau gouvernement composé de 50 ministres et Secrétaire d'État. Au premier Conseil des ministres de cette nouvelle équipe, le président ivoirien leur a donné cette stricte recommandation :

« Je demande à chaque membre du Gouvernement d’être présent sur le terrain et dans sa région. Les populations doivent être convaincues que vous rapportez au Président de la République et au Gouvernement leurs préoccupations, afin qu’elles soient prises en compte dans la mise en oeuvre et le suivi du programme du Gouvernement. »

Saisissant cette balle au bond, le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly s'est évertué à faire appliquer cette consigne du Chef de l'État par tous les membres de son équipe. Ainsi, dans un message tweeté, le locataire de la Primature ivoirienne a déclaré :

« Comme instruit par le Président Ouattara, je souhaite que tous les ministres du Gouvernement soient régulièrement sur le terrain, au contact des populations. Il est important d'expliquer aux citoyens les mesures prises pour développer chaque région de la CôtedIvoire».


Voilà donc qui est clair. Tout ministre qui voudra se mettre en marge de cette ligne directrice connaît d'avance le sort qui lui est réservé, d'autant plus qu'il s'agit d'un « gouvernement RHDP ». Le parti au pouvoir qui s'active pour conserver le fauteuil présidentiel n'entend donc lésiner sur aucun moyen. Le contact de ces ministres avec les populations ivoiriennes pourrait par ailleurs s'analyser en une sorte de précampagne pour le prochain scrutin présidentiel.




Articles les plus lus