Guikahué livre des secrets sur l'après meeting du PDCI-FPI

Pr Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 16 septembre 2019 à 08:30 | mis à jour le 16 septembre 2019 à 08:30

Mobilisation "historique" pour un "meeting historique. Jamais le Front populaire ivoirien de Laurent Gbagbo et le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI), d'Henri Konan Bédié, n'ont conjointement organisé un évènement d'une telle ampleur.

Rapprochement PDCI-FPI: "Le meeting du samedi était un meeting d'introduction" (Kakou Guikahué)

Pour une première, le PDCI et le FPI ont réussi leur pari. Le parc des sports de Treichville qui a accueilli, samedi 14 septembre 2019, le meeting conjoint organisé par ces deux partis, n'était pas assez grand pour recevoir les militants et sympathisants des formations politiques dirigées par Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié.

Tous étaient unanimes sur l'urgence pour la Côte d'Ivoire d'opérer le changement politique au soir de l'élection présidentielle de 2020. Lequel changement passe obligatoirement par la mise en place d'une CEI consensuelle, un découpage électoral qui rencontre l'assentiment de tous, mais aussi et surtout par une Côte d'Ivoire rassemblée autour des idéaux de paix et de réconciliation, prônée par feu le président Félix Houphouet-Boigny.

Jugeant le moment "historique", le N°2 du PDCI-RDA, Pr Maurice Kakou Guikahué, a indiqué qu'il est necessaire de rompre avec les entraves du passé. "Il est plus que necessaire de se libérer des entraves du passé. Ce qui est passé, est passé. Nous devons regarder l’avenir en posant des actes pour lesquels je vous demande déjà de vous mobiliser parce qu’on doit l’obtenir", a indiqué le secrétaire exécutif en chef du PDCI-RDA.

M. Guikahué s'est dit également favorable au retour en Côte d'Ivoire de l'ancien président ivoirien Laurent Gbagbo et à la libération des detenus militaires en relation avec la crise post-électorale de 2010-2011.


"Ce ne sont pas des individus qu’on amnistie. C’est un fait qu’on amnistie", a déclaré Guikahué. Le meeting du samedi 14 septembre 2019, a-t-il confié, "est un meeting de préparation, d’introduction. La mobilisation sera 10 fois plus grande aux prochains rendez-vous".




Articles les plus lus