Le BURIDA encore dans la tourmente: David Tayorault frappe du poing sur la table

Le BURIDA encore en proie à une nouvelle crise
Par K. Richard Kouassi
Publié le 17 septembre 2019 à 19:09 | mis à jour le 17 septembre 2019 à 19:22

Moins d'un mois après l'élection des membres des collèges de la nouvelle assemblée générale du Bureau ivoirien des Droits d’auteurs (BURIDA), une nouvelle crise secoue la maison des artistes. Des sociétaires réunis au sein du comité "Légalité et Transparence", réclament la publication du rapport d'audit non sans critiquer les récentes élections.

BURIDA : David Tayorault, Didier Bilé et Pat Saco en colère !

C'est au cours d'une conférence tenue le mardi 17 septembre 2019 à la Maison de la presse au Plateau, que les artistes du comité "Légalité et Transparence" ont exprimé leur mécontentement. David Tayorault qui s'exprimait au nom dudit comité, a mis les pieds dans le plat en fustigeant la gestion du BURIDA.

"Que reprochait-on réellement au DG suspendu ? Que révèle le rapport d'audit ? Les responsabilités dans cette crise, ont-elles été situées ? Pourquoi le rapport d'audit n'est-il pas mis à la disposition de ceux dont l'argent en a permis l'exécution ? Que reste-t-il dans nos caisses ?", a cherché à savoir "Totorino". David Tayorault avait à ses côtés Pat Saco (Espoir 2000), Bilé Didier (ex-lead vocal des Parents du campus), Yodé, Monique Séka et Prométhée du groupe Révolution.

Il faut noter que les artistes du comité "Légalité et Transparence" n'ont pas pris part aux dernières élections du mercredi 21 août 2019. David Tayorault en donne les raisons. "Les élections ont eu lieu dans des conditions exécrables(...) nous avons tout fait constater par huissier et ce dossier est à l'intérieur d'un dossier plus général aux mains de nos avocats qui comptent donner une suite judiciaire à ces manigances d'un autre âge", a expliqué l'arrangeur ivoirien.


Poursuivant, David Tayorault a laissé entendre qu'ils iront "jusqu'au bout de cette lutte pour que la vérité puisse éclater". "Le mensonge prend l'ascenseur et la vérité prend l'escalier", a illustré l'ancien membre du groupe Woya. On peut le dire, la paix n'est pas encore revenue au sein du BURIDA qui se prépare à vivre d'autres moments troubles.



Facebook
Twitter
email
tel