Un cadre du FPI livre les raisons de la débâcle de Gbagbo en 2010

Laurent Gbagbo, fondateur du FPI
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 20 novembre 2019 à 08:00 | mis à jour le 20 novembre 2019 à 08:00

Jean Bonin, cadre du Front populaire ivoirien (FPI), revient sur les raisons de la défaite de Laurent Gbagbo, ancien chef de l'État ivoirien, à l'élection présidentielle de 2010. À l'en croire, l'inexpérience politique du Directeur National de Campagne (DNC) nommé à l'époque, Dr Issa Malick Coulibaly, a été l'une des raisons de l'échec de l'ex-président ivoirien.

Ci-dessous l'intégralité de la publication de Jean Bonin, cadre du FPI

Mai 2004 - Affi N’Guessan me nomme Directeur de Campagne (DDC) de Gbagbo pour le Département de Dimbokro. N’ayant pas été nommé à un poste de responsabilité je finance la campagne sur fonds propres durant 5 ans.

Août 2009 - j’organise un giga meeting de soutien au candidat de la LMP dans un stade Koné Ambroise plein à craqué.

Octobre 2010 - Isssa Malick Coulibaly est nommé Directeur National de campagne. Après 5 ans de travail acharné sur le terrain à Dimbokro il me remplace en nommant comme DDC Nzi Paul David, cadre du PDCI. C’est dans les journaux que j’apprends ma révocation. Je prends cela en fair-play. Le nouveau DDC refuse de collaborer avec moi prétextant qu’il est PDCI (et ami de Gbagbo) et ne veut pas travailler avec le FPI. J’en prends acte.

Oct 2010 - 1er tour de la présidentielle : Gbagbo obtient 4% à Dimbokro. C’est la douche froide. Pas surprenant vu que les populations n’avaient pas du tout digérées ma révocation.

1er Nov 2010 - Simone Gbagbo me convoque d’urgence à la résidence présidentielle à Abidjan. Elle me demande de reprendre en main la campagne à Dimbokro. Je refuse car il ne reste plus que 2 semaines avant le scrutin. Affi réunit tous les militants du FPI au hall d’information. Il arrive à me convaincre de reprendre la campagne. J’accepte en avertissant qu’il m’était impossible de faire un miracle en 2 semaines de campagne.

28 nov 2010 - 2ème tour de la présidentielle : Gbagbo obtient 21%. Ouattara 78% à Dimbokro.


Le copinage et l’impréparation (refus du DDC de travailler avec le FPI. Situation d’ailleurs identique à Yamoussoukro), l’amateurisme (me Directeur Nationale de Campagne n’avait aucune expérience politique), l’approximation (nous n’avions aucun T-shirt de campagne (c’était Nady Bamba qui gérait les T-Shirts et les gadgets de campagne) ont été fatals au candidat Gbagbo à Dimbokro.

Il n’y a pas de vents favorables pour qui ne sait où aller.



Articles les plus lus
03
04
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Après le décès de Kobe Bryant, Bamba Ami Sarah a très peur