De troublantes confidences sur ce que Soro a fait pour Ouattara

Entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro, qui doit à qui ?
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 20 novembre 2019 à 16:54 | mis à jour le 20 novembre 2019 à 16:55

Qui du président Alassane Ouattara ou de Guillaume Soro est redevable à l'autre. Le débat est vif entre Alassanistes et Soro-ïstes depuis le divorce consommé entre les deux camps. Dans cette contribution, Mamadou Traoré, ex-cadre de la rébellion des Forces nouvelles, livre des secrets inédits sur les conditions de l’arrivée au pourvoir du président Alassane Ouattara. A l’en croire, nul doute que son mentor Guillaume Soro est le principal artisan de l'accession au pouvoir du président du RHDP.

"Entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro, qui doit à qui ?" Les vérités d'un ex-cadre de la rébellion des Forces Nouvelles

Hier, j'ai écouté de nouveau une vidéo de Lovié qui niait son implication dans la préparation de la rébellion de Septembre 2002. Je dis bien dans la préparation de la rébellion et non dans la gestion de la rébellion. D'accord, on peut dire que Lovié n'était pas au courant de la préparation de la rébellion. Il ne savait même pas quand les frappes devraient avoir lieu. Parce que s'il était au courant, il aurait pris toutes les dispositions pour ne pas se laisser surprendre comme il l'a été le 19 Septembre.

Parce que si ce n'était pas grâce à l'échelle que son gardien qui a été tué avait déposé quelques jours avant l'attaque chez lui à la maison pour des travaux, échelle qui lui a permis d'enjamber la clôture de son voisin l'ambassadeur, Lovié serait aujourd'hui un homme mort comme l'a été le Général Guei. Même si nous sommes fâchés avec Lovié, il faut reconnaître, pour parler comme les ivoiriens, qu'il n'était pas au courant du jour de cette attaque du 19 Septembre 2002. Mais Lovié ne peut pas dire qu'il ne savait pas que Tienigbanani et ses hommes préparaient un coup d'État contre Laurent Gbagbo. On peut dire peut-être qu'il n'était pas d'accord avec ça. Qu'il trouvait même cela très risqué.

Mais oh! Pourquoi quelques mois avant l'attaque du 19 Septembre 2002, Lovié avait dit qu'il allait tout gnagami dans le pays? Vous savez, quand tu dis à quelqu'un que tu va le tuer, devant témoins, et que quelques jours après on le trouve assassiné, il te sera très difficile de te disculper si tu es accusé de l'avoir assassiné.

Si donc Lovié (Alassane Ouattara) savait que Tienigbanani et ses hommes préparaient quelque chose et qu'il n'a rien dit, son silence pourrait être assimilé à une complicité passive. On peut même dire que les lieutenants de Lovié ne savaient pas également que la frappe devait avoir lieu. Sinon, ils ne seraient pas, eux aussi, surpris comme ils l'ont été. La preuve est qu'aux premières heures de la frappe, ils ont tous "fraya" du pays.

Mais lorsque Lovié est venu au pays après Marcoussis, sa sécurité a été assurée par Tienigbanani (Guillaume Soro). En effet, il a mis à sa disposition, en plus de la vingtaine de gardes de corps, l'une de ses voitures blindées. Donc, en matière de sécurité aux premières heures de la rébellion, qui doit à qui?

C'est vrai que nous avons utilisé le nom de Lovié pour mobiliser les populations et zones acquises à sa cause afin de permettre à la rébellion de s'y installer.

Comme nous avons utilisé le nom du Général Guei pour mobiliser le grand Ouest.

Là là, on peut dire qu'on lui doit un peu.

Mais pour le financement et l'organisation de la rébellion, on ne lui doit rien car il n'a contribué en rien à la réussite de ce mouvement.

Ce que Zakaria a dit à Séguéla participait à la stratégie d'utilisation du nom de Lovié pour mobiliser.

Donc parler de l'ingratitude de Tienigbanani vis à vis de lui, ce n'est pas vrai car même si on n'avait pas utilisé son nom pour mobiliser, la rébellion avait toutes les chances de s'installer dans la zone où elle s'est installée parce que les populations de cette zone en voulaient terriblement déjà à Laurent Gbagbo.

Donc qui doit à qui ?

Je rappelle que c'est Tienigbanani qui, par sa rébellion, a imposé la candidature de Lovié à Pretoria. C'est lui qui a désigné le Président de la CEI Youssouf Bakayoko. C'est lui qui a contraint Laurent Gbagbo à le laisser organiser les élections de 2010 afin de permettre à Lovié de Gagner. C'est encore lui qui a fait exfiltrer le Président de la CEI de son domicile qui avait été encerclé par les chars et soldats de Gbagbo pour le mettre à l'abri au Golf hôtel. Car le FPI ne voulait pas que Youssouf Bakayoko proclame les résultats qui n'étaient pas en sa faveur.

Et c'est lui qui a fait en sorte que Youssouf Bakayoko proclame les résultats à la CEI après que l'ONU et la France aient refusé qu'il les proclame dans leurs locaux.

C'est lui qui a mené l'offensive militaire afin de pousser la France et l'ONU à s'impliquer activement dans la destruction des armes lourdes de Laurent Gbagbo afin qu'il soit capturé par les Forces Nouvelles. C'est lui qui a sécurisé Lovié lorsqu'il était bloqué au Golf Hôtel.

C'est lui qui finançait toutes les activités politiques de Lovié au Golf hôtel. C'est lui qui finançait toutes les marches et actions politiques des militants de Lovié à Abidjan et à Bouaké.

C'est lui qui a sécurisé le pays en tant que Ministre de la défense de Lovié afin que Lovié puisse contrôler la machine administrative, politique et militaire du pays. Bref, si Lovié est au pouvoir aujourd'hui, c'est bien grâce à Tienignanani.

Donc qui doit à qui?


Je rappelle que Tienigbanani a été Premier Ministre avant l'arrivée de Lovié au pouvoir. Et en cette qualité, il a entretenu le parti de Lovié et les lieutenants de Lovié. La liste de ces derniers est disponible dans les archives de la Primature. En cette qualité, il a donné de la voix à Lovié en l'impliquant dans la prise de décision dans les accords politiques de Ouagadougou.

En cette qualité, il a impliqué le parti de Lovié dans la gestion du gouvernement qu'il a dirigé après l'accord politique de Ouagadougou. Sinon, Laurent Gbagbo avait voulu que ce soit un gouvernement composé uniquement du FPI et des Forces Nouvelles. Ce que Tienigbanani a refusé.

A partir donc de là, qui doit donc à qui?

J'espère qu'on ne viendra pas me dire que Tienigbanani a été suffisamment récompensé à travers le poste de Président de l'Assemblée Nationale ! Le dire, c'est ignorer complètement le fonctionnement des institutions. Car la Primature est plus juteuse et plus opérationnelle que l'Assemblée Nationale. Ce n'est vraiment pas une promotion qu'on vous fait en vous enlevant de la Primature pour vous déposer à l'Assemblée Nationale.

Au contraire, c'est une régression.

Alors, à partir de là, qui doit à qui?

Vous avez déjà votre réponse. L'ingrat, ce n'est pas en tout cas Tienigbanani. Les ingrats se trouvent parmi eux là-bas, pour parler comme Guillaume Soro. Je n'ai pas dit nom de quelqu'un dèh !

N.B : Le titre et le chapeau sont de la rédaction.



Facebook
Twitter
email
Whatsapp