Adjoumani explique pourquoi il a lâché Bédié pour Ouattara

Présidentielle 2020  : Adjoumani descend Bédié et le PDCI-RDA
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 03 juin 2020 à 11:19 | mis à jour le 03 juin 2020 à 11:19

Sans langue de bois ni complaisance aucune, Kobenan Kouassi Adjoumani, ex- cadre du parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA), aujourd’hui membre influent du RHDP du président Alassane Ouattara, a littéralement descendu son ancien mentor Henri Konan Bédié et son ancien parti politique.

Le PDCI-RDA: Un parti "sans vision", selon Adjoumani qui lance des piques à Bédié

Une colère inexplicable mais justifiée selon lui. Le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, transfuge du PDCI-RDA, n’y est pas allé de main morte pour critiquer les critères de désignation du candidat du parti dirigé par Henri Konan Bédié à la prochaine élection présidentielle. Le porte-parole du RHDP juge en effet ces conditions d’éligibilité encore plus contraignantes que celles édictées par la constitution ivoirienne.

« Ces critères s’apparentent à des critères barrières pour confiner et faire barrage à des adversaires potentiels », s’indigne l’ancien porte-parole du PDCI-RDA. Selon des sources proches du parti, le candidat du PDCI devrait être « exclusivement ivoirien », être membre du bureau politique durant 10 ans sans interruption, également débourser la mirobolante somme de 25 millions de FCFA, comme caution.

A en croire le ministre Adjoumani, ces dispositions éliminent de facto les potentiels adversaires du président Bédié, notamment Tidjane Thiam, Jean Louis Billon, Thierry Tanoh, Kouadio Konan Bertin ou encore l’honorable Yasmina Ouégnin. « L’exigence des « dix années de présence continue au Bureau politique » par exemple, est une clause qui élimine de facto la plupart des candidats déclarés », explique-t-il.

«Ainsi, avant même d’ouvrir les portes de la Convention, le PDCI a déjà choisi son candidat à la présidentielle », fait savoir Kobenan Kouassi Adjoumani qui s’indigne du fait que la démocratie ait « foutu le camp » au sein du vieux parti. « Le « D » de démocratique vient d’être définitivement retiré du sigle du PDCI qui est devenu le plus grand cimetière national de la démocratie », a craché M. Adjoumani.

Selon lui, le Sphinx de Daoukro serait un homme sans vision et champion de la « politique de l’exclusion » contrairement au président Alassane Ouattara qui donne la preuve d’être un homme d’engagement, de vision et de parole. « Le PDCI-Daoukro se présente comme un parti sans vision, sans boussole, sans programme et sans perspectives réelles pour les Ivoiriens; un parti qui ne fait que pratiquer la politique de l’exclusion », a-t-il assené.


«C’est pour cela que nous autres, cadres du RHDP issus du PDCI-RDA, avons eu raison de nous en éloigner et de travailler avec fierté et dévouement aux côtés du Président Alassane Ouattara », a-t-il justifié.