Daniel Kablan Duncan a démissionné officiellement, ce lundi 13 juillet 2020. Après son départ de la Vice-Présidence, le natif de Grand-Bassam témoigne sa « reconnaissance » à Alassane Ouattara. Le natif de Grand-Bassam indique par ailleurs que sa démission intervient en des « périodes de turbulences et de doute » en Côte d’Ivoire.

Duncan, une rupture avec Ouattara après 30 ans de collaboration

Les évènements se sont accélérés, ces derniers jours, en Côte d’Ivoire. A moins de quatre mois de l’élection présidentielle de 2020, le Premier ministre et candidat déclaré du RHDP, Amadou Gon Coulibaly décède en plein Conseil des ministres. C’était le mercredi 8 juillet dernier.

Alors que toute la République s’affaire pour des obsèques dignes de la personnalité de l’illustre disparu, qu’un autre orage éclate dans le ciel politique ivoirien. Il s’agit de la démission de Daniel Kablan Duncan de son poste de Vice-Président de la République de Côte d’Ivoire. L’information a été publiée, ce lundi 13 juillet par Patrick Achi, Secrétaire général de la Présidence.

Après l’acceptation de sa « deuxième lettre de démission », par le Président Ouattara, le Député de Grand-Bassam a tenu à exprimer sa reconnaissance au Chef de l’Etat, non sans rappeler leur collaboration successive qui dure maintenant 30 ans.

Rappelant l’idéal qui sous-tend la création de PDCI Renaissance, en ces « périodes de turbulences et de doute » que traverse la Côte d’Ivoire, DKD a toutefois un voeu pieux : « Je souhaite vivement que notre pays reste toujours une terre de justice, de paix et de progrès. »