CEI: La Cour africaine déboute Ouattara et le RHDP

CEI : La Cour africaine déboute Ouattara et le RHDP
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 15 juillet 2020 à 13:54 | mis à jour le 15 juillet 2020 à 13:54

La Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (CADHP), a rendu, mercredi 15 juillet 2020, sa décision relative à la requête introduite par le PDCI-RDA concernant la composition de la Commission électorale indépendante (CEI).

CEI : La Cour Africaine donne raison à Bédié et à l'opposition ivoirienne

C’est une grosse victoire pour le parti démocratique de Côte d’Ivoire et l’ensemble de l’opposition politique dite significative. Ce mercredi 15 juillet 2020, la Cour Africaine des droits de l’homme et des peuples a débouté le gouvernement ivoirien dans le bras de fer qui l’opposait depuis près d’un an à l’opposition au sujet de la composition de la Commission électorale indépendante.

Le PDCI-RDA, appuyé par l'opposition, notamment le FPI, LIDER, l'URD et les mouvements proches de Guillaume Soro, ainsi que certaines organisations de la société civile dont l’APDH, avait introduit une requête dès le lendemain de la promulgation de la loi portant recomposition de la CEI par le président Alassane Ouattara.

Henri Konan Bédié et ses pairs de l’opposition récusent cette CEI mise en place en septembre 2019, au motif qu’elle serait largement inféodée au régime du président Alassane Ouattara. Ils estiment en effet que sa composition actuelle est contraire à l’esprit et à la lettre de l’arrêt de novembre 2016 de la Cour basée à Arusha. Mais le gouvernement, lui, a préféré une "recomposition" plutôt qu'une "réforme" de l’Institution.

Après la démission surprise du vice-président Daniel Kablan Duncan et le décès soudain du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, cette décision inattendue de la Cour apparait comme un véritable coup de massue.


Le gouvernement va-t-il se plier à cette décision de la Cour africaine des droits de l’homme ou va-t-il tout simplement l’ignorer comme ce fut le cas en avril dernier avec la décision l’enjoignant d’arrêter les poursuites contre Guillaume Soro et ses proches ? Les jours à venir nous le diront. Mais pour l’heure, la CEI mise en place et dirigée par le magistrat Coulibaly Kuibiert, poursuit ses activités sur le terrain et espère tenir le délai du 31 octobre. Le dépôt des candidatures à ce scrutin démarre à compter du jeudi 16 juillet et devrait prendre fin le 31 août prochain.