Marches violentes anti Ouattara: Le candidat Thomas Noba interpelle

Marches violentes anti Ouattara: Le candidat Thomas Noba interpelle
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 14 août 2020 à 08:22 | mis à jour le 14 août 2020 à 08:22

Le président de la Nouvelle Convergence citoyenne (NCC), Thomas Noba, a réagi aux violences survenues, jeudi 13 août 2020, lors des marches de protestation de l'opposition contre la candidature du président Alassane Ouattara à un troisième mandat présidentiel.

Thomas Noba: "Il n'est de l'intérêt de personne que ce beau pays s'embrase"

Le parti politique: la Nouvelle Convergence citoyenne (NCC) condamne les violences qui ont émaillé les marches de protestation, initiées par la société civile et une partie de l’opposition contre la candidature du président Alassane Ouattara à un troisième mandat.

« Nous apprenons ce jour 13 août 2020, des manifestations dans plusieurs villes et communes de Côte d'Ivoire. Les informations font état de plusieurs cas d’agressions attribuées à des délinquants abusivement appelés "enfants en conflit avec la loi" et des dégâts matériels. La NCC et son président Noba Thomas dénoncent et condamnent ces agressions avec fermeté », déclare le parti.

Rappelant que la marche est un moyen démocratique pour le peuple, d’exprimer son opinion sur un sujet qui ne rencontre pas son approbation, Noba Thomas a interpellé les autorités sur la nécessité de prendre toutes les dispositions utiles en vue d'assurer la sécurité des citoyens qui envisagent de manifester pacifiquement leur mécontentement.

Aux responsables de la société civile, ainsi qu'à ceux de l’opposition politique ivoirienne, le président de la NCC a recommandé la discipline et la non violence au cours de leurs différentes manifestations.

Il a par ailleurs exhorté les forces de défense et de sécurité à faire plus preuve de professionnalisme dans l'exercice de leurs fonctions.


« La NCC vous exhorte à beaucoup de sagesse et de maîtrise de soi. Car il n'est de l'intérêt de personne que ce beau pays s'embrase, encore moins voir des Ivoiriens mourir. Les Ivoiriens ont déjà trop souffert », a rappelé Thomas Noba.




Articles les plus lus