Situation au Mali: Le parti de Soro remet la CEDEAO à sa place

Situation au Mali: Le parti de Soro remet la CEDEAO à sa place
Par David Yala
Publié le 22 août 2020 à 10:20 | mis à jour le 22 août 2020 à 10:20

Générations et Peuples Solidaires (GPS), parti dirigé par l’Ivoirien Guillaume Soro, actuellement en exil en France, dénonce l'attitude des dirigeants de la CEDEAO à l'endroit des nouvelles autorités maliennes qui, suite à une mutinerie des militaires, ont renversé le président Ibrahim Boubacar Kéita (IBK). Dans la déclaration ci-dessous, GPS exhorte la CEDEAO à revenir à ses fondamentaux, à savoir la défense des intérêts des peuples et non à vouloir maintenir coûte que coûte des dirigeants vomis par les populations.

Sanctions de la CEDEAO contre le Mali: GPS dénonce des décisions prises par "des personnes championnes de violations de leurs propres Constitutions"

A la suite d'une mutinerie de soldats à Bamako et à Kati le mardi 18 août 2020, le Président de la République du Mali, Son Excellence Ibrahim Boubakar KEITA, a démissionné de toutes ses fonctions et a procédé à la dissolution de l'Assemblée nationale et du gouvernement.

Générations et Peuples Solidaires tient à rappeler que cette situation fait suite à une longue période de crise sécuritaire liée au phénomène du terrorisme, aggravée par l’enlèvement, le 25 mars 2020, de Monsieur Soumaïla CISSÉ, Chef de fil de l'opposition malienne, par des inconnus.

Par ailleurs, les contestations des résultats des élections législatives, proclamées par la Cour constitutionnelle, de même que la gestion de plus en plus contestée des affaires de l’Etat ont amené des guides religieux, des responsables de partis politiques de l'opposition et certains responsables de mouvements de la société civile à organiser, de façon fréquente, des manifestations contre le pouvoir en place.

Au vu de l'ampleur de la contestation, la CEDEAO envoya au Mali, une mission de bons offices le 19 juillet 2020 ; laquelle mission s'est malheureusement soldée par un échec. Générations et Peuples Solidaires, mouvement citoyen créé pour se mettre au service des peuples, ne saurait rester insensible à la souffrance du peuple malien. C'est pourquoi, il tient à assurer le peuple frère du Mali de tout son soutien face aux difficultés du moment.

Il faut se souvenir que lors de sa prestation de serment et conformément à l'article 37 de la Constitution malienne, l'ex- Président de la république avait juré devant Dieu et devant le peuple malien de remplir ses "fonctions dans l'intérêt supérieur du peuple, de garantir l'unité nationale, l'indépendance de la patrie et l'intégrité du territoire national." Ce à quoi le peuple malien souverain estime aujourd'hui qu'il a failli.

Cette faillite a engendré le retrait de la confiance de ce peuple à son Président et aux Institutions mises en place par lui. Générations et Peuples Solidaires, tout en regrettant que l'ex- Président de la république ait dû comprendre de cette façon que le peuple souverain ne se reconnaissait plus en lui, félicite les militaires pour cette prise de position courageuse qui place le pays et le peuple au-dessus des individus.

Générations et Peuples Solidaires invite les membres du Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) à respecter leur engagement à mettre en place une transition civile qui aboutira à des élections législatives et présidentielles libres, transparentes, inclusives et ouvertes à tous les fils et à toutes les filles du Mali. Générations et Peuples Solidaires encourage la CEDEAO, pour sa survie, à se battre pour les peuples et non pas pour maintenir des personnes ou des systèmes, comme le stipule ses propres textes.

Générations et Peuples Solidaires invite la CEDEAO à comprendre les aspirations de changement de mentalités voulues par les peuples africains qui voudraient rappeler qu'ils sont souverains et que plus personne ne peut manipuler ou se cacher derrière des textes dans le but de les spolier de leurs droits. Générations et Peuples Solidaires rappelle que dans l’ensemble des pays de la CEDEAO, le pouvoir appartient au Peuple Souverain, qui, seul, délègue à qui il souhaite, ce pouvoir à travers un Président qu’il élit.

Cependant, lorsque le peuple perd confiance tant à ce Président qu’a tout le système mis en place pour s’assurer de la transparence des Institutions, la CEDEAO se devrait de se tenir auprès de ce peuple souverain et l’entendre ; au risque de perdre la confiance de celui-ci.


Générations et Peuples Solidaires comprend les inquiétudes normales de la CEDEAO mais regrette certaines positions radicales qu’elle tend à prendre, sous la houlette semble-t-il de personnes qui elles-mêmes sont les championnes de violations de leurs propres Constitutions et qui chez elles méprisent au quotidien leur peuple.

Fait à Paris, le 21 août 2020

Habib SANOGO

GPS - Europe




Articles les plus lus