Recalé de la présidentielle, Guillaume Soro annonce des jours sombres

Recalé de la présidentielle, Guillaume Soro annonce des jours sombres
Par David Yala
Publié le 14 septembre 2020 à 22:42 | mis à jour le 14 septembre 2020 à 22:42

En exil en France depuis décembre 2019, Guillaume Soro prétendait se présenter à l’élection présidentielle du 31 octobre 2020. Mais ce rêve ne pourra pas se réaliser.

Guillaume Soro: "J'annonce que nous engagerons une étape nouvelle de notre combat pour la démocratie dans notre pays"

Les candidats pour la présidentielle d’octobre prochain en Côte d’Ivoire sont connus. Ce lundi 14 septembre, le Conseil constitutionnel s'est prononcé prononcé sur la recevabilité des différents dossiersde candidature déposés à la Commission électorale indépendante (CEI).

Ainsi, sur 44 candidatures réceptionnées, seulement 4 ont été déclarées recevables. Il s'agit des candidatures du chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara, candidat du RHDP; de l'ancien président Henri Konan Bédié, candidat du PDCI; Pascal Affi N’guessan, candidat du FPI; et Kouadio Konan Bertin (KKB ), candidat indépendant.

Extrait de la liste électorale, Guillaume Soro a vu son dossier de candidature être rejeté purement et simplement. Aussitôt, le candidat de Générations et peuples solidaires (GPS ), a réagi, promettant d'engager une lutte après contre le régime Ouattara.


" Je conteste vigoureusement la décision injuste et infondée prise ce lundi 14 septembre 2020 par le Conseil Constitutionnel. Je considère que c'est une décision inique, politiquement motivée, juridiquement boiteuse et qui s'inscrit dans une logique d'anéantissement de la démocratie et l'Etat de droit. Le Conseil Constitutionnel sous Mamadou Koné vient ainsi de cautionner, et cela sans surprise, la forfaiture et le parjure de M. Alassane Ouattara, consacrant ainsi la soumission du Droit et de la Justice à la férule du RHDP et de son Président. Nous ne pouvons accepter ce Coup d’Etat acté par le Conseil constitutionnel. Dans ces circonstances, j'annonce que nous engagerons une étape nouvelle de notre combat pour la démocratie dans notre pays. Elle sera âpre mais nous la gagnerons sans aucun doute. ", a prévenu Guillaume Kigbafori Soro.




Articles les plus lus