La FESCI veut prendre le pouvoir d'Etat, Eugène Djué avoue TOUT

Eugène Djué et les anciens de la FESCI en conclave
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 28 septembre 2020 à 18:02 | mis à jour le 28 septembre 2020 à 19:13

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire (FESCI) a célébré ses 30 années d'existence par des assises au palais de la culture, dimanche 27 septembre. Eugène Djué, l'un des anciens dirigeants de ce puissant syndicat estudiantin, ne cache nullement l'ambition que nourrissent des membres de cette structure d'accéder à la Magistrature suprême. Guillaume Soro, ancien Président de l'Assemblée nationale, par ailleurs ancien Secrétaire général de la FESCI s'est porté candidat, mais son dossier a été invalidé par le Conseil constitutionnel. Sa candidature est cependant en sursis après l'arrêt de la Cour africaine appelant les autorités ivoiriennes à le réhabiliter.

Eugène Djué, ancien SG de la FESCI : « Derrière palais, il y a Palais »

Nous étions au Palais de la Culture. Mais derrière palais, il y a Palais.

FESCI, le mal aimé, c'est nous, on est voyou. Mais c'est chez nous tout le monde, en tout cas, les plus sérieux, vient recruter ses dirigeants de jeunes. C'est nous, on surveille les chaises depuis 30 ans. Et quand on veut s'asseoir un peu dessus aussi, vous êtes fâchés. Quand on ne parle pas, vous dites, pourquoi ils ne parlent pas, quand on parle, vous dites pourquoi ils parlent. On vous a fait quoi ?

Bon, après 30 ans, nous avons quitté le campus, nous sommes déjà au Palais de la Culture. Mais un palais en cache un autre. Derrière ce Palais, il y a le Palais. Nous y avons droit. Ou bien ?

Car l'éducation est un droit et non un privilège. Et nous entendons créer les conditions pour pouvoir nous-mêmes faire de l'école ce que nous avons toujours rêvé.

N'est ce pas qu'on est mieux servi que par soi même ?

Nous allons créer la nouvelle école, nous-mêmes, à partir de l'instauration d'une Véritable Démocratie dans notre société. Nous le pouvons. Nous l'avons déjà prouvé par la gestion de 30 ans d'une structure, toujours attaquée , mais jamais cassée, jamais affaiblie.


Nous avons fait la preuve que nous pouvons, après avoir œuvré pendant 30 ans pour l' amélioration des conditions de vie et de travail des étudiants et élèves, nous sommes prêts à nous engager pour l'émancipation des Ivoiriens dans leur ensemble.

Nos remerciements au Ministre de l'Enseignement supérieur qui s'est fait représenter par son Directeur de Cabinet.
Un message spécial pour la Ministre de l'Éducation qui joue encore à ce vieux et dangereux jeu de cache-cache. Nous lui demandons de cesser de vouloir interdire l'accès des lycées et collèges aux associations. Ça n'a pas marché hier. Ça ne marchera pas aujourd'hui. Car, avec la FESCI, il est interdit d'interdire.
Nos salutations et encouragements à tous nos camarades à l'extérieur pour des raisons diverses, mais empêchés d'être avec nous.
Les SG Soro Guillaume, Blé Goudé et STT (Ndlr, Koffi Serge dit Sroukou Trêmin Trêmin).
Nous attendons leur retour parmi nous.
Les camarades Soul to Soul, Secongo Felicien, Alain Lobognon, Tehfour Koné et tous les autres, en prison à Abidjan. Nicaise Assi, détenu injustement à Paris. Nous attendons incessamment leur libération. Tous les exilés dont Damana Pickas au Ghana. Vivement leur retour sur la terre Patrie.
Nous sommes une famille et nous avons besoin de tous nos frères avec nous, ici, chez nous.
Nos Félicitations au SG Makelele pour les assises en attendant la commémoration des 30 ans.
Mon cachet spécial au SG pour la mobilisation, le militantisme et l'implication effective des filles à la FESCI. La parité n'est pas loin. Ainsi un autre pas est franchi. Celui de faire croire que la FESCI est réservée exclusivement aux garçons. C'est un ajout de la douceur à la rigueur. C'est une évolution capitale, car, à notre époque, elles se comptaient du bout des doigts, les femmes militantes que je voudrais ici saluer.
Merci à tous les SG de la FESCI. Nous sommes 11 maintenant en 30 ans . L'alternance est garantie. Ça fait une équipe de foot. Le match va commencer. C'est une joie et une fierté pour moi d'avoir contribué à la naissance de cette structure, née sur les fonts baptismaux de la volonté de se prendre en charge exprimée par tous les étudiants de Côte d'Ivoire le Mardi 19 Février, à 19h à partir de la cité universitaire de Yopougon. Merci à tous les responsables des coordinations, des sections, des structures spécialisées. Merci à tous ceux qui de près ou de loin ont donné un peu de leur vie pour cette œuvre communautaire.
La FESCI vient de faire une double démonstration de force et de maturité. Nous n'avons plus le droit de Reculer. Il faut avancer vers l'excellence en tout, jusqu'à la GARE. Je n'ai pas dit au Palais. Je dis à la gare.
Le Meilleur reste à venir.
FÉLICITATIONS À TOUS.
Dieu bénisse la Côte d'Ivoire.
Eugène Kouadio Djué, Ancien SG
FESCI 93-94




Articles les plus lus