Boycott actif contre Ouattara: Guillaume Soro descend sur le terrain

Guillaume Soro rejoint Bédié et Affi pour le boycott actif
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 16 octobre 2020 à 11:05 | mis à jour le 16 octobre 2020 à 13:30

Dans une déclaration commune devant la presse, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N'Guessan ont lancé un mot d'ordre de boycott actif du scrutin présidentiel de 2020. Guillaume Soro, bien qu'à plus de 6 000 kilomètres d'Abidjan, a décidé de se joindre à ce mouvement.

Guillaume Soro passe à l'offensive avec ses aînés de l'opposition

À deux semaines de l'élection présidentielle du 31 octobre 2020, la tension est perceptible entre pouvoir et opposition en Côte d'Ivoire. Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession, est en effet contesté par l'opposition, qui lui refuse un 3e mandat « anticonstitutionnel ». Mais le chef de l'État ivoirien est à fond dans la campagne avec son parti le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). Ses adversaires, Henri Konan Bédié et Pascal Affi N'Guessan, ont cependant lancé un mot d'ordre à leurs militants, les appelant à boycotter ce processus électoral.

« Nous appelons nos militants à empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin et à mettre en application le mot d’ordre de boycott actif par tous les moyens légaux à leurs dispositions afin que le pouvoir actuel consente à convoquer l’ensemble des forces politiques nationales et trouver des solutions à toutes les revendications qui sont ressorties de la proclamation des candidatures », a lancé le Président du Front populaire ivoirien (FPI), Député à l'Assemblée nationale, en présence du président du Parti démocratie de Côte d'Ivoire (PDCI).

Guillaume Soro, président de Générations et peuples solidaires (GPS), exilé à Paris depuis son retour manqué à Abidjan, le 23 décembre 2020, n'est pas en reste de ce qui se passe en Côte d'Ivoire. Son parti a d'ailleurs rejoint l'opposition pour toute action contre le pouvoir d'Abidjan, notamment les marches éclatées d'août dernier, le mot d'ordre de désobéissance civile et le meeting du stade FHB. L'ancien Président de l'Assemblée nationale ivoirienne vient d'annoncer, dans un tweet, sa solidarité au boycott annoncé. « Je me joins à eux », a-t-il lancé sur son compte Twitter.


À noter que la campagne présidentielle a été lancée, et le parti au pouvoir est déjà sur le terrain pour rencontrer les électeurs.




Articles les plus lus