Guillaume Soro ne lâche pas l'affaire : Ce qu'il annonce contre Ouattara

Guillaume Soro persiste :
Par K. Richard Kouassi
Publié le 22 octobre 2020 à 20:21 | mis à jour le 23 octobre 2020 à 10:12

Guillaume Kigbafori Soro, après avoir annoncé que l'élection présidentielle ne se tiendra pas le 31 octobre 2020, revient à la charge. Le fondateur de Générations et peuples solidaires (GPS) a récemment déclaré qu'il est prêt à empêcher la tenue du scrutin présidentiel tant attendu dans le pays.

Guillaume Soro persiste : "l'élection n'aura pas lieu"

Le député de Ferké, en exil en France depuis le 23 décembre 2019, conteste vigoureusement la candidature d'Alassane Ouattara. Jeudi 17 septembre 2020, Guillaume Soro qui animait une conférence de presse à l'hôtel le Bristol de Paris, a bandé les muscles contre son ancien mentor, Alassane Ouattara, dont il critique la volonté de briguer un 3e mandat à la tête de la Côte d'Ivoire. "S'il y a élection, c'est que nous sommes dans l'élection. Écrivez que Guillaume Soro dit qu'il n'y aura pas d'élection en Côte d'Ivoire. Tant qu'on n’est pas candidat, l'élection n'aura pas lieu", avait lancé le patron de Générations et peuples solidaires avec sérénité.

Invité de l'émission Afrika-Europa au Parlement européen, Guillaume Soro a encore confirmé que la Côte d'Ivoire ne connaitra pas d'élection présidentielle le 31 octobre 2020. "« Comme nous sommes tous d’accord ici que Alassane Ouattara viole la Constitution, l’information que je vous porte à vous l’Europe, c’est que les peuples africains, notamment en Côte d’Ivoire, l’opposition politique s’opposera à l’élection du 31 octobre et elle n’aura pas lieu. Nous allons empêcher par tous les moyens légaux la tenue de l’élection le 31 octobre", a promis l'ancien président de l'Assemblée nationale ivoirienne.


Alassane Ouattara et Guillaume Soro ont longtemps eu de bons rapports. Le président ivoirien ne tarissait pas d'éloges envers celui qu'il considérait comme son "fils". Mais les relations entre les deux hommes se sont considérablement détériorés depuis le départ du député de Ferké de la tête de l'hémicycle en février 2019.




Articles les plus lus