Le procureur Adou Richard répond enfin à Yodé et Siro

Le procureur Adou Richard répond enfin à Yodé et Siro
Par K. Richard Kouassi
Publié le 10 décembre 2020 à 13:04 | mis à jour le 10 décembre 2020 à 15:29

Le procureur Adou Richard a brisé le silence sur l'affaire Yodé et Siro. Répondant aux questions de nos confrères de Life TV, le magistrat ivoirien n'a pas hésité à donner son avis sur cette actualité qui a créé le buzz sur la toile il y a quelques jours.

Le procureur Adou Richard appelle Yodé et Siro à "savoir choisir les mots"

Mercredi 9 décembre 2020, le procureur Adou Richard était l'invité de l'émission Life Talk, diffusée sur Life TV. Brice Anoh et ses chroniqueurs ont échangé avec le magistrat ivoirien sur l'actualité. Au cours des échanges, l'affaire Yodé et Siro a été abordée. Pour sa part, l'homme de loi a estimé que "quand on est leader d'opinions, quand on est artiste, on divertit, on éduque et on rassemble les gens. On doit appeler à la vie".

Le procureur de la République a aussi saisi l'occasion pour inviter Yodé et Siro à savoir choisir leurs mots. "Vous allez stigmatiser certaines populations pour dire celles-là font l'objet de poursuites ! Vous avez eu le temps de consulter les dossiers du procureur ? Les arrestations qui ont été opérées, c'est une seule communauté ? Il faut absolument qu'on fasse attention", s'est révolté le procureur Adou Richard.

Pour rappel, au cours d'un concert à Yopougon le dimanche 29 novembre 2020, les artistes zouglou Yodé et Siro ont vivement interpellé le procureur Adou Richard en ces termes : "C’est quel pays ça ? Allez dire au procureur Adou Richard qu’un mort, c’est un mort. On ne passe pas son temps à chercher les petits Baoulés dans les villages pendant que les gens sont ici avec des machettes et ils sont bien identifiés."


Cette sortie de Dally Djédjé Gervais et d'Aba Sylvain Decavailles leur avait valu une convocation à la section recherches du commandement supérieur de la gendarmerie puis un procès au tribunal d'Abidjan-Plateau. Les zougloumen ont été condamnés à douze mois de prison avec sursis et à une amende de cinq millions de francs CFA.






Articles les plus lus