L’imam Mahmoud Dicko, l’emblématique guide religieux malien sort de son silence pour exprimer sa tristesse « infinie » devant le péril qui guette le Mali marqué par une transition civilo-militaire agonisante.

L’imam Mahmoud Dicko dévoile un «manifeste» pour la Refondation de l’Etat du Mali

L’imam Mahmoud Dicko semble être rattrapé par la réalité dans laquelle se trouve le pays, après avoir caressé le reve de vite tourner la page du regime Ibrahim Boubacar Kéita (IBK) en soutenant le récent putsh au Mali.

Il affirme avoir eu un «esprit tourmenté par le sort du Mali» et de ses concitoyens. Selon le guide religieux, «les sources d’inquiétude s’amoncellent, mon âme affectée finit par déchirer mon cœur», lit-on dans ce manifeste qui circule dans les réseaux sociaux

«Je ressens une tristesse infinie à la lumière de l’Islam, religion de paix, de tolérance et expression d’une existence hors de modèles imposés par autrui. C’est baigné dans le riche héritage des traditions savamment préservées au cours des siècles, que j’ai pu grandir et m’élever face à ce que je considère depuis trop longtemps comme une immense injustice, qui a fini par laisser notre pays dans l’impasse», a déploré l’imam malien.

L’imam Mahmoud Dicko lance alors un appel pressant à sauver le Mali. Il propose la construction d’un nouveau pacte républicain et s’engager personnellement à « bâtir des passerelles entre acteurs civils et armés ».

« Sans réaction collective maintenant, écrit-il, l’État qui nous gouverne n’a plus de sens », prévient le guide religieux.

Un message à Macron

« Pas forcément », assure le sociologue Brema Ely Dicko, mais c’est un rappel qu’il veille au grain et surveille la transition, selon ce dernier, quitte à reprendre son bâton de pèlerin.

Ce texte n’a pas pu être écrit à l’insu des militaires, estime pour sa part Gilles Holder, spécialiste de l’islam malien. Mais plus que la caution de l’ex-junte ce qui compte surtout pour l’anthropologue c’est le calendrier choisi et l’intention. Ce texte ressemble fort à un message au président Macron à la veille du sommet du G5 Sahel à N’Djamena. Un message qui rappelle noir sur blanc à la France l’importance de discuter avec les groupes armés, rapporte Rfi.

Notons que pour l’imam Dicko c’est avec l’esprit de responsabilité qu’il considère la légitimité de la dynamique de réveil du Peuple malien à travers les différentes manifestations populaires passées au cours de l’année 2020.