Francs Maçons ivoiriens : Dr Pittey assure l'intérim d'Hamed Bakayoko

Francs Maçons ivoiriens : Dr Pittey assure l'intérim d'Hamed Bakayoko
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 26 février 2021 à 12:48 | mis à jour le 26 février 2021 à 13:19

Hamed Bakayoko est en France pour raison de santé. Outre ses activités politiques, le Premier ministre de Côte d’Ivoire a également une autre casquette, celle de Grand Maître de la grande loge de Côte d’Ivoire (GLCI). Et c’est précisément à ce poste que Dr Albert Pittey a été désigné par ses frères de « lumière » pour assurer l’intérim, apprend-on d’Africa Intelligence.

Hamed Bakayoko malade, ses différentes "fonctions" dans la République sont « gérées »

18 février 2021, Hamed Bakayoko a été évacué en France pour « un contrôle sanitaire », selon la version officielle. Mais force est de constater que ce départ du chef du Gouvernement ivoirien vers l’Hexagone laisse vacants plusieurs postes, d’autant plus que le Golden Boy occupe de nombreuses fonctions au sein de la République de Côte d’Ivoire.

Premier ministre, Chef du Gouvernement, ministre de la Défense, Député de Séguéla (nord), Maire d’Abobo (Commune populaire d’Abidjan). Et cerise sur le gâteau, Hambak est également le Patron de la grande loge de Côte d’Ivoire (GLCI).

À la Primature ivoirienne, le Président ivoirien, Alassane Ouattara, n’entend pas nommer un intérimaire pour suppléer à l’absence de l’ancien ministre de l’Intérieur et de la Sécurité, mais plutôt un vice-premier ministre afin de gérer les affaires courantes de la République. Ce qui a toutefois suscité une vive polémique au sein de la classe politique ivoirienne et de certains observateurs, d’autant plus que le poste de vice-premier ministre n’est nullement prévu par la Constitution ivoirienne.

Au ministère de la Défense, le Cabinet se charge de gérer les affaires courantes, sous l’oeil vigilant du Président de la République, chef suprême des armées. Il faut par ailleurs noter que le dialogue politique entre le gouvernement ivoirien et les partis politiques de l’opposition, notamment le PDCI-RDA d'Henri Konan Bédié, le FPI de Laurent Gbagbo, et leurs coalitions respectives, ainsi que la société civile, a permis de décrisper le climat sociopolitique et permettre une réconciliation, aussi partielle soit-elle, pour aller à des élections législatives inclusives.

Hamed Bakayoko, député de la circonscription électorale de Séguéla, est également candidat à sa propre succession. La campagne électorale s’est ouverte, ce vendredi, pour un scrutin qui se tiendra le 6 mars 2020. Et ses collaborateurs sont à cet effet sur le terrain pour permettre la réélection de ce haut cadre du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP). À moins que les autorités ivoiriennes ne décident de l'organisation de législatives partielles dans cette localité à cause de l'indisponibilité d'un des candidats.

À la Mairie d’Abobo, le Maire Hamed Bakayoko est certes en France pour des raisons de santé, mais le Conseil municipal est bel et bien à la tâche pour donner un bon vivre à la population de cette commune populaire qui a tant souffert des affres de la crise ivoirienne, dite crise post-électorale.


De même, au niveau de la Grande Loge de Côte d’Ivoire, l’organisation a quelque peu été remodelée du fait de l’absence de son Grand Maître. Aussi, pour assurer l’intérim d’Hamed Bakayoko, Dr Albert Mittey, avec son grade de « pro-grand maître », a été désigné par ses frères. À ce titre, le Docteur en Pharmacie est chargé de « veiller à maintenir l’ordre au sein de l’obédience, rongée par l’inquiétude alors que les informations sur l’état de santé du Premier ministre lui parviennent qu’au compte-gouttes », apprend-on du confrère qui ajoute que les tâches administratives sont dévolues à Me Sylvère Koyo, Avocat et un des piliers de la GLCI.

Il faut toutefois noter que le Chef d’État reste très attentif à l’état de santé de son autre « fils », le Premier ministre ivoirien. Et ce, en dépit des échéances électorales des législatives dont la ferveur emballe déjà la scène politique et surtout le peuple ivoirien, qui espère pour cette fois, qu’elles ne seront pas émaillées de violences et de crises sociopolitiques. Car la situation en Côte d’Ivoire a déjà donné quelques sueurs froides lors de la présidentielle passée d'octobre 2020.






Articles les plus lus