Côte d’Ivoire: Après "Taxi ivoire", place à de nouveaux "gbaka"

Des minicars garés en Côte d’Ivoire - gbaka menacés, Taxi ivoire...

La Côte d’Ivoire veut renouveler son parc automobile. De nouveaux véhicules de 26 et 40 places circuleront bientôt dans la capitale pour concurrencer les minicars communément appelés « gbaka ».

La Côte d’Ivoire rajeunit son parc automobile

Depuis quelques mois, les autorités ivoiriennes se sont donné pour ambition : le renouvellement du parc automobile ivoirien. Après la mise en circulation des « ivoire taxi », ces taxis compteurs de « seconde génération équipés d'un système sécurisé », c’est au tour de nouveaux minicars de circuler dans les rues de la capitale économique.

L’assistant-principal du directeur général du Fonds de développement du transport routier (Fdtr), monsieur Louamé Casimir, l’a annoncé mercredi 31 janvier à son siège de Cocody. Si ce dernier n’a pas précisé la date de sortie, celui-ci a fait savoir « qu’à partir de cette année des cars neufs de 26 et 40 places seront mis en circulation » pour concurrencer les minicars appelés « gbaka » qui servent de transport urbain.

Il faut dire que la plupart des « gbaka » en circulation à Abidjan sont de plus en plus anciens. Tout le parc automobile ivoirien est lui-même vieillissant. Sur les quelque 398 000 véhicules qui circulent sur le territoire, « 85% des véhicules en Côte d'Ivoire ont plus de 10 ans, 14% plus de 20 ans et 1% ont moins d'un an », a indiqué Bruno Nabagné Koné, porte-parole du gouvernement.

Ces nouveaux véhicules vont donc apporter une bouffée d’oxygène à ce secteur de transport de plus en plus congestionné. Cela va non seulement permettre de réduire la pollution, mais aussi de fluidifier le trafic urbain. Une bonne nouvelle pour les usagers de la route.

À noter que l’État ivoirien a pris aussi de nouvelles mesures pour renouveler le parc automobile. Des accords ont été signés avec plusieurs opérateurs, dont des Indiens pour l’arrivée de cinquante mille nouveaux automobiles en l’espace de cinq ans. L’arrivée de ces nouveaux minicars constitue donc la première vague de véhicules prévus pour renouveler le parc automobile ivoirien.