Côte d'Ivoire: La CEI est aux ordres du "RHDP" selon Jean Louis Billon

Jean Louis Billon
Par Yacouba Bamba
Publié le 30 octobre 2018 à 17:40 | mis à jour le 31 octobre 2018 à 10:13

L'ancien porte-parole du Parti démocratique de Côte d'Ivoire( PDCI, ex-allié de la mouvance présidentielle),Jean Louis Billon a déclaré mardi à Abidjan,que la Commission électorale indépendante (CEI) "n'est plus indépendante", mais plutôt au service du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti présidentiel), lors d'une conférence de presse.

Louis Billon dénonce l'impartialité de la CEI

"La CEI a montré ses limites" a affirmé M. Billon, ajoutant "qu'elle n'est plus indépendante", mais plutôt une institution "inféodée au RHDP" face aux journalistes.

L’opposition rejointe par le PDCI avait exigé la réforme de la CEI avant les élections locales du 13 octobre avant que M. Ouattara n’annonce qu’elle se ferait pour les prochaines élections de 2020.

Selon le parti de Henri Konan Bédié, tous les dysfonctionnements et fraudes constatés au cours des dernières élections locales du 13 octobre incombent à la Commission électorale indépendante qui n'a pas créé les conditions pour la transparence du scrutin.

La Plateforme des organisations de la société civile pour l'observation des élections en Côte d'Ivoire (POECI), avait estimé également, que la "reforme" de la Commission électorale indépendante (CEI) est devenue "une priorité absolue" après les faiblesses relevées lors des élections locales.

"La POECI conclut que la réforme de la commission électorale devient une priorité absolue après les faiblesses du système électoral découvertes lors de ces élections régionales et municipales sans une traçabilité des procès-verbaux".


Certains bureaux locaux de la CEI ont proclamé des résultats "suspicieux" dans certaines localités à l'issue des municipales et régionales, a dénoncé la plateforme dans le communiqué.

Le taux de participation à ces élections couplées (municipales et régionales) a connu "une légère régression (36,4 % en 2018 contre 36,49 % en 2013), selon la POECI, évoquant un désintérêt des populations" à ce suffrage.