Burkina: Procès putsch, "Je n’ai jamais été intéressé par le pouvoir" (Diendéré)

Diendéré a affirmé ne pas être intéressé  par le pouvoir lors de son procès au putsch manqué

Le général Gilbert Diendéré, principal accusé au procès du putsch manqué de septembre 2015 au Burkina Faso, a dit mardi à Ouagadougou n’avoir "jamais été intéressé par le pouvoir", expliquant avoir pris les commandes avec le "soutien" de la hiérarchie militaire et des médiateurs de la crise réunis au sein du comité des sages.

Diendéré a affirmé ne pas être intéressé par le pouvoir lors de son procès au putsch manqué

"Je n’ai jamais été intéressé par le pouvoir politique", a affirmé l’ex-chef d’état-major particulier de l’ancien président Blaise Compaoré, assurant qu’il ne voyait aucun inconvénient à "rendre le pouvoir" au président de la transition Michel Kafando.

L'accusé a ensuite signifié avoir posé comme condition aux émissaires de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) une "garantie pour la sécurité" de ses hommes, en cas de "représailles".

Selon les dires du général, au deuxième jour de son audition, il a accepté d’assumer la responsabilité du coup de force manqué face aux refus successifs de l’ex-président Jean-Baptiste Ouadraogo et du général Zagré de se "porter au devant des choses".

Gilbert Diendéré a été proclamé le 17 septembre 2015 président du Conseil national de la démocratie (CND) qui avait pris le pouvoir, après que des éléments du Régiment de sécurité présidentielle (RSP, ex-unité d'élite) ont fait irruption en plein conseil des ministres la veille et pris en otage M. Kafando et son gouvernement.

Libéré le soir même de son interpellation, Michel Kafando a été rétabli dans ses fonctions le 22 septembre, après une médiation de la Cedeao.

Ce sont 84 personnes, dont neuf en fuite, qui sont poursuivies essentiellement pour "attentat à la sûreté de l’Etat", lors du putsch manqué de septembre 2015.

La résistance populaire contre la tentative de coup d’Etat a officiellement fait 13 morts et une quarantaine de blessés.