Côte d’Ivoire: Soro "n'a pas encore dit qu'il avait un problème" avec le RDR (Mamadou Touré)

Guillaume Soro n'a aucun

Le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire Guillaume Soro, à qui l’on prête des ambitions présidentielles, "n'a pas encore dit qu'il avait un problème avec son engagement" au sein du Rassemblement des républicains (RDR, parti présidentiel) et "devrait logiquement faire partie du groupe parlementaire RHDP" dont la mise en place est prévue "courant décembre", a affirmé l’un des porte-paroles de la coalition au pouvoir, Mamadou Touré.

Guillaume Soro n'a aucun "problème" avec le RDR selon Mamadou Touré

M. Soro "dont certains se réclament, jusqu’à preuve du contraire est vice-président du RDR est membre du RHDP. Il n’a pas encore dit au président Alassane Ouattara qu’il avait un problème avec son engagement au niveau du RDR", a fait savoir M. Touré lors d’une conférence de presse qu’il co-animait avec le ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, porte-parole principal du RHDP.

Il répondait à une question sur le Rassemblement pour la Côte d’Ivoire (RACI), un mouvement politique proche du président de l’Assemblée nationale, qui avait appelé Guillaume Soro, à se porter "candidat" à l’élection présidentielle de 2020.

"Logiquement, il (M. Soro) devrait faire partie du groupe parlementaire RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, coalition au pouvoir)", a assuré Touré Mamadou, appelant à ne pas "extrapoler" les faits.

M. Touré a ajouté que le RDR, n’avait "aucun problème d’unité" en son sein.

Le Bureau exécutif de la coalition au pouvoir a décidé de la mise en place des groupes parlementaires RHDP à l’Assemblée nationale et au sénat "courant décembre", a dit M. Adjoumani à la presse.

Le bureau a également décidé de ramener la période transitoire avant la fusion des partis politiques, initialement fixée de 12 à 18 mois de "3 à 6" mois, afin d'organiser le congrès du parti unifié le 26 janvier 2019.

Ce congrès intervient six mois après l’assemblée constitutive du RHDP.

A l’issue de ce congrès "tous les partis existants juridiquement ne vont plus exister" car il y aura "qu'un seul parti" politique après le 26 janvier 2019, a rappelé Mamadou Touré.