Côte d'Ivoire : 2020, Alassane Ouattara en route pour un 3e mandat ?

Alassane Ouattara en route pour un 3e mandat
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 22 janvier 2019 à 16:42 | mis à jour le 22 janvier 2019 à 17:19

L’éventualité d’une candidature d’ Alassane Ouattara à la présidentielle de 2020 se précise. A en croire la Lettre du Continent, le Chef de l’Etat aurait confié à un cercle restreint cette intention de briguer un 3e mandat.

Alassane Ouattara, candidat à sa propre succession en 2020

L’élection présidentielle de 2020 pourrait être un remake de celle de 2010, tant les principaux protagonistes pourraient se retrouver à nouveau. Alassane Ouattara qui avait annoncé sa retraite politique définitive au terme de son second et dernier mandat en 2020, est en passe de revenir sur sa décision. Selon le confrère LC, le président ivoirien a mis certains de ces proches collaborateurs, notamment les ministres Birahima Téné Ouattara (son frère cadet), Amon Tanoh Marcel et Hamed Bakayoko, dans la confidence.

Aussi lors du Congrès constitutif du RHDP unifié du 26 janvier prochain, les partis adhérents au Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP, parti unifié) lanceront un appel au président Ouattara pour candidater pour un 3e mandat.

Ce rétropédalage du président ivoirien s’explique par le fait que deux de ses sérieux adversaires pourraient se lancer dans la course à la Présidence en 2020, d’autant plus que la Constitution de la 3e République a abrogé la limitation d’âge.

En effet, Henri Konan Bédié, président du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), et Laurent Gbagbo, président du Front populaire ivoirien (FPI) dont la libération se précise de plus en plus du côté de la CPI, pourraient être dans le starting-block. Guillaume Soro, Président de l’Assemblée nationale, qui affiche ses ambitions pour 2020, pourrait également constituer un sérieux adversaire.

Qui donc, à part Alassane Ouattara, au sein de la majorité présidentielle pourrait être le bon cheval face à ces ténors de la politique ivoirienne ?


Ceci pourrait donc expliquer cela. La présidentielle de 2020 se tient certes dans moins de deux ans, mais d’ici là, beaucoup d’eau pourrait couler sous le pont.