Cri de coeur, mise en garde et piqûre de rappel de Kandia à Bédié

Kandia Camara répond à Henri Konan Bédié

La ministre Kandia Camara n’est pas restée bien longtemps passive à l’insulte proférée par le Président Henri Konan Bédié contre les membres du RHDP. La ministre de l’Enseignement et cadre du parti fondé par le Président Alassane Ouattara a déploré la sortie médiatique du patron du PDCI à qui elle a rappelé sa mauvaise gouvernance avant de le mettre en garde contre le pourrissement de l’environnement politique.

Kandia Camara se charge de répondre à Bédié

Alors que le RHDP était en congrès constitutif au Stade Félix Houphouet Boigny samedi 26 janvier, le Président Henri Konan Bédié recevait des militants du PDCI chez lui à Daoukro. Le patron du parti fondé par feu Félix Houphouët-Boigny avait attaqué de manière violente et même injurieuse ses anciens camarades de l’alliance au pouvoir depuis 2010.

En grave divergence avec Alassane Ouattara sur le parti unifié qui devait voir le jour, Henri Konan Bédié qui est en rupture avec la majorité présidentielle a lancé à ces visiteurs du jour : « Mon épouse et moi sommes heureux de vous voir si nombreux autour de nous au moment où nos adversaires RHDP Unifié se réunissent avec pour bagages, de l’huile avec du riz, des chiffons et du pain sans lesquels ils ne pourront faire du nombre. Ici à Daoukro, rien de tout ce folklore qui frise l’assemblée des militants manipulés et enrôlés de force pour servir le rassemblement des détourneurs de deniers publics. »

Et le patron du PDCI RDA, en rendant un hommage appuyé aux fondateurs de son parti et surtout à Félix Houphouet Boigny, a affirmé « en ce moment, son esprit est avec nous ici à Daoukro et nulle part ailleurs, et surtout pas avec les fils adultérins de Félix Houphouet Boigny ».

Pour Kandia Camara, ces propos ne sont pas pour la pérennisation de la paix dans le pays. Elle les condamne en disant : « les propos tenus par le Président Henri Konan Bédié sont trop graves. » La ministre de l’Enseignement dit n’avoir jamais « entendu un chef d’État » ou de simples hommes « politiques tenir de tels propos en Côte d’Ivoire, même du temps de la crise. »

Mme Kandia Camara estime que le Président Henri Konan Bédié devrait aller prendre « conseil auprès du Président Abdou Diouf du Sénégal.» Il a selon elle organisé une belle transition qui a fait qu’il n’y « a jamais eu de coup d’État » dans son pays « ou des rebellions », excepté celle de la Casamance qui dure depuis 1980. C’est selon elle parce que le Président Abdou Diouf a su gérer l’héritage de (Léopold Sédar, ndlr) Senghor », son prédécesseur.

Quand Kandia Camara conseille à Bédié de prendre conseils auprès d' Abdou Diouf

Pour la ministre ivoirienne, Abdou Diouf a si fortement influencé positivement la vie politique dans son pays que tous ses prédécesseurs marchent dans ses traces. « On aurait souhaité que le Président Bédié soit ce modèle-là » pour la Côte d’Ivoire, a-t-elle ajouté.

Kandia Camara s’est ensuite redressée pour adresser un message au Président Henri Konan Bédié qu’elle invitait à rester « là où était », c’est-à-dire à un très haut niveau de considération. « Le Président Alassane Ouattara lui a accordé tous les honneurs… Nous mêmes militants du RHDP lui avons apporté toute l’affection qui pouvait être apportée à un père. Il n’a qu’à rester là où il est parce que s’il descend dans la poubelle, ce ne serait pas bon pour lui. », a-t-elle prévenu avant de rajouter : « Il dit qu’il est opposant, qu’il fasse son opposition dans la dignité et le respect des autres. Autrement… »

« Tout le monde peut donner des leçons de bonne gouvernance à Alassane Ouattara, à Duncan et aux cadres du RHDP, sauf Henri Konan Bédié et Kakou Guikahué », référence faite ici à l’affaire des 18 milliards de FCFA de l’Union européenne volatilisés sous la gouvernance de Bédié, dans le ministère de la Santé de l’époque dirigé par Maurice Kakou Guikahué », qui avec son patron de parti ne sont pas des modelés en « matière de bonne gouvernance ».

Enfin, Kandia Camara met ensuite en garde ce duo Bédié-Guikahué en disant : « En Europe, l’on ressuscite des faits qui se sont déroulés pendant la Première Guerre mondiale, pendant la deuxième guerre mondiale, du temps du nazisme. » Une façon de dire que la justice peut toujours réactiver ces vieux dossiers pour établir la bonne ou mauvaise gestion du pays sous Bédié.

L’ivoirité, cet héritage de Bédié

« L’ivoirité », le sulfureux concept lancé sous la gouvernance de Bédié et qui est présenté comme la graine par laquelle ont germé les autres crises qui ont secoué la Côte d’Ivoire, a aussi été évoqué. « Ça ne date pas de longtemps », a-t-elle rappelé pour mettre en gras la responsabilité du patron du PDCI dans ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire ces dernières décennies.

Kandia Camara conseille à la classe politique ivoirienne un comportement civilisé, parce que dit-elle, les ivoiriens ne veulent plus revivre les meurtrissures du passé. « Les femmes de Côte d’Ivoire », contrairement au Président Bédié, ont selon elle tiré « les leçons du passé ». Des crises qu’elles ont vécues et qu’elles aimeraient ne plus revivre.

La déclaration de Mme Kandia Camara :