Côte d'Ivoire : Kandia Camara décale l'examen du CEPE au 1er juillet

Kandia Camara en conférence de presse
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 13 mai 2019 à 20:40 | mis à jour le 13 mai 2019 à 20:52

Kandia Camara a animé une conférence de presse, ce lundi 13 mai, pour mettre en garde les syndicats d'enseignants qui projettent de rentrer en grève, dès ce mardi. La ministre de l'Éducation nationale indique qu'elle n'hésitera pas à remplacer les "perturbateurs" de l'école ivoirienne.

Kandia Camara prend des mesures vigoureuses contre les grévistes

À en croire Kandia Camara, cette énième grève projetée par la COSEFCI n'est pas de nature à la bonne marche de l'école ivoirienne. En dépit des efforts colossaux consentis par le gouvernement ivoirien pour obtenir la trêve sociale, soutient la ministre de l'Éducation nationale, les enseignants n'ont nullement montré leur part de sacrifice à travers leur performance au travail. Aussi, la patronne de l'école ivoirienne a pris certaines mesures pour faire face à cette situation.

Au nombre de ces mesures, il y a le Découpage de l’année scolaire en deux semestres au lieu de trois trimestres, ainsi que le report de l'examen du Certificat d'étude primaire élémentaire (CEPE) qui se déroulera le lundi 1er juillet 2019 au lieu du 5 juin comme initialement prévu. Quant aux autres examens à grand tirage du secondaire, les dates restent inchangées.

L'on s'interroge cependant sur l'impact de ce changement de calendrier sur ces écoliers.

À propos de la grève, la ministre Kandia Camara Kamissoko sonne la fin de la récréation. Aussi, déclare-t-elle que les enseignants qui resteront à la maison pour cause de grève verront leurs salaires ponctionnés, d'autant plus que cette grève n'est pas autorisée pour faute de préavis de grève. La ministre va jusqu'à menacer ces enseignants de radiation, s'ils persistent dans leur volonté de perturber le système éducatif.

« Que cherche la COSEFCI ? Perturber les examens à grand tirage, pousser les enfants à la rue et hypothéquer leur avenir, ou faire peur aux partenaires en créant le désordre ? », s'est-elle interrogée, avant d'ajouter : « Il y a des Ivoiriens et Ivoiriennes qui sont prêts à venir enseigner. Je n’hésiterai pas à demander au Président de la République de faire appel à ces patriotes qui sont prêts à venir assurer l'éducation des enfants ivoiriens. »

Après ces menaces de la ministre Kandia Camara, les enseignants maintiendront-ils leur mot d'ordre de grève ?



Articles les plus lus
01
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Oscar Le Motard, sa femme l'a quitté à cause d' Arafat DJ