Infiltré par des pro-Soro, le RHDP ne passera pas en 2020

Des pro-Soro infiltrent le RHDP et menacent
Par David Yala
Publié le 03 juillet 2019 à 13:17 | mis à jour le 03 juillet 2019 à 13:17

La guerre que livre le RHDP au camp Guillaume Soro pourrait être préjudiciable pour le parti du Président Alassane Ouattara en 2020.

Des pro-Soro infiltrent le RHDP et menacent : « En Octobre 2020, ils ne passeront pas»

Au pouvoir depuis avril 2011, le RHDP qui s’est mué en parti politique en janvier 2019, s’est mis à dos deux de ses plus grands alliés, notamment Henri Konan Bédié du PDCI et Guillaume Soro, ex chef de la rébellion armée qui a pris faits et cause pour l’actuel chef de l’Etat au détriment de Laurent Gbagbo. Dans une publication sur les réseaux sociaux, Mamadou Traoré, proche de Guillaume Soro, prévient les responsables du RHDP quant au traitement ‘’injuste’’ qu’ils font subir à à l’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire.

« S’ils savaient (…), ils ne traiteraient pas Guillaume Soro et ses hommes comme ils le font. S'ils savaient que leur parti est grand de monde et petit d'électeurs en leur faveur, ils seraient moins arrogants. S'ils savaient que beaucoup de leurs cadres militants ne sont avec eux que par contrainte et par peur de perdre leur tabouret, ils seraient moins prétentieux. Ah s'ils savaient ! S'ils savaient à quel jeu jouent beaucoup d'entre leurs cadres militants, ils ne dormiraient pas d'un sommeil paisible. S'ils savaient que nous les avons infiltré jusqu'à la moelle, ils se méfieraient de leur propre hombre », a confié Mamadou Traoré.


Pour ce dernier, le président Ouattara et son parti, le RHDP, feignent de ne pas entendre la grogne et la colère des ivoiriens contre leur gouvernance. « S’ils savaient que malgré ses ponts et ses routes, le President Wade a perdu face à son ancien Premier Ministre et ancien Président de l'Assemblée Nationale, ils ne penseraient pas qu'ils sont une exception à la matière. S'ils savaient qu'en Octobre 2020, ils ne passeraient même pas au second tour, ils se seraient pas si méprisants », renchérit-il.