Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé ramène Hamed Bakayoko sur terre

Côte d’Ivoire : Charles Blé Goudé ramène Hamed Bakayoko sur terre
Par David Yala
Publié le 18 août 2019 à 19:29 | mis à jour le 18 août 2019 à 19:39

Depuis La Haye où il réside, Charles Blé Goudé se dit très préoccupé par la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire.

Charles Blé Goudé fait la leçon au Ministre d’Etat Hamed Bakayoko

Charles Blé Goudé souhaite des élections apaisées et démocratiques en Côte d’Ivoire en 2020. Et pourtant, en janvier dernier, lors d’un meeting à Yopougon, le ministre d’Etat, ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, cadre du RHDP, avait surpris plus d’un en déclarant que la présidentielle de 2020 était déjà pliée.

« A ceux qui sont encore dans des ambitions personnelles, qui veulent être président coûte que coûte quel que soit ce que ça coute au pays, quel que soit le sang versé. Allez leur dire que 2020, c’est déjà calé, c’est bouclé, 2020 c’est déjà géré. Ils devront passer après peut être en 2025 ou 2030 », avait-il lâché. Cette sortie du Ministre Hamed Bakayoko avait suscité de vives réactions à l’époque dont celle du Président du PDCI, Henri Konan Bédié qui, lors d’une cérémonie à Daoukro, n’a pas manqué de qualifier ces propos de ‘’belliqueux et anti-démocratiques’’.

Eh Bien ! Sept mois plus tard, c’est au tour de Charles Blé Goudé de revenir sur cette sortie du Ministre ivoirien de la Défense. S’adressant depuis La Haye par vidéoconférence à l’ouverture, samedi 17 août 2019 à Abidjan, du 1er congrès ordinaire de son parti, le Congrès panafricain pour la justice et l’égalité des peuples (Cojep), Charles Blé Goudé a appelé le gouvernement à créer les conditions d’une élection démocratique et sans violence en 2020, date de la présidentielle.

« Nos aînés n’ont pas le droit de nous léguer la guerre (…) Qu’ils nous lèguent au moins un pays en paix et démocratique », appelant son parti à écrire son histoire (…) Je lance un appel au gouvernement ivoirien à créer les conditions d’une élection qui ne puisse pas encore créer des conflits. Rien n’est géré et rien n’est bouclé, tout est dynamique », a lancé Charles Blé Goudé en riposte à la récente sortie d’Hamed Bakayoko.



Articles les plus lus