Le FPI prépare le retour de Gbagbo: Adzopé en branle ce dimanche

Assoa Adou et le FPI sont attendu à dzopé dimanche prochain
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 22 août 2019 à 13:31 | mis à jour le 22 août 2019 à 13:36

Le Front populaire ivoirien ( FPI ) de Laurent Gbagbo et la plateforme Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) du Pr Armand Ouégnin animeront dans l’après-midi du dimanche 25 août prochain un meeting conjoint à Adzopé, sud-est de la Côte d’Ivoire.

Réconciliation nationale et Retour de Laurent Gbagbo : FPI et EDS mobiliseront à Adzopé dimanche prochain

Ce rassemblement, a-t-on appris de sources proches du parti de Laurent Gbagbo, s’inscrit dans le cadre de la campagne de promotion et de mobilisation pour la réconciliation nationale et le retour en Côte d’Ivoire de l’ancien président ivoirien.

L’étape d’Adzopé qui constitue la deuxième étape de cette vaste campagne de promotion de la réconciliation nationale sera l’occasion pour Dr Assoa Adou de délivrer aux nombreux militants de son parti, le message de Laurent Gbagbo et la nécessité d’un retour à la cohésion sociale et à la réconciliation nationale pour les Ivoiriens.

Lors du lancement de cette campagne à la place CP1 de Yopougon le 20 juillet dernier, le bras droit de Laurent Gbagbo avait expliqué à l’immense foule venue prendre part à l’évènement qu’il était désormais temps de se lever et d’agir pour la Côte d’Ivoire. « Ce meeting de lancement est pour vous dire de vous lever ! La Côte d’Ivoire appartient aux Ivoiriens et non à un homme. Tous les Ivoiriens ont droit à la vie. Aujourd’hui nous vous disons de vous mobiliser. Le Front populaire ivoirien ira dans tout le pays pour que les populations se lèvent. C’est le moment de demander et d’agir. Ce n’est plus le temps de parler », avait-il lancé.

Le secrétaire général du parti de Gbagbo avait également traduit la joie de la haute direction de son parti de voir les populations accueillir favorablement cette campagne initiée sur instruction de l’ancien pensionnaire de la prison de Scheveningen à la Haye. « Le président Laurent Gbagbo nous a demandés de prendre la tête de ce mouvement », avait témoigné Assoa Adou. Avant de poursuivre. « Nous, Front populaire ivoirien, nous voulons aller à la réconciliation nationale », avait-il exprimé.

Acquitté en janvier dernier des lourdes charges de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité qui pesaient contre lui devant la Cour pénale internationale, Laurent Gbagbo qui réside depuis lors à Bruxelles, est en attente d’un éventuel appel de la procureure Fatou Bensouda avant son probable retour en Côte d’Ivoire.