"Indésirable" en Allemagne, Philippe Mangou finalement accrédité ambassadeur

Philippe Mangou nommé am
Par K. Richard Kouassi
Publié le 18 septembre 2019 à 11:09 | mis à jour le 18 septembre 2019 à 12:30

Nommé ambassadeur de Côte d'Ivoire en Allemagne, Philippe Mangou a dû demeurer sur les bords de la lagune Ébrié. Et pour cause, les autorités allemandes hésitaient à recevoir l'ex-chef d'État-major ivoirien sur leur territoire. Mais finalement, les sentiers semblent avoir été aplanis.

Philippe Mangou, nouvel ambassadeur de Côte d'Ivoire en Allemagne

Anciennement en poste au Gabon en tant qu'ambassadeur, Philippe Mangou a quitté cette fonction le 1er août 2019. L'ancien chef d'État-major de Laurent Gbagbo a donc regagné Abidjan après plusieurs années au pays d'Omar Bongo. Courant septembre, l'on apprenait que l'Allemagne s'opposait à la nomination de Philippe Magou en tant qu'ambassadeur à Berlin. C'est en juin 2019 que la nomination de l'ex-CEMA est tombée, mais il n'a pu poser ses valises sur la terre allemande où il devait remplacer Koidiane Noel Ahounan.

Philippe Mangou a été nommé ambassadeur de la Côte d'Ivoire au Gabon au lendemain de la crise postélectorale, notamment en mai 2012. Après avoir "chômé" pendant un moment, il reprend du service car il vient d'être désigné ambassadeur de la Côte d'Ivoire en Allemagne, selon le site Abidjan.net qui cite le concerné. Finalement, l'Allemagne a décidé d'ouvrir ses bras à Mangou.

Fils de pasteur, Philippe Mangou a poussé ses premiers cris le 26 janvier 1952, à Abidjan. Ce général de corps d'armée, marié et père de six enfants, a fait son entrée dans l'armée le 1er octobre 1978. Philippe Mangou est formé à l' EFA (École des forces armées) de Bouaké. Des années plus tard, il intègre le 1er bataillon blindé d'Akouédo. L'homme gravit les échelons et se hisse au rang de lieutenant-colonel en 1999.

À l'arrivée de Laurent Gbagbo au pouvoir, en 2001, Lida Kouassi Moïse, alors ministre de la Défense, fait appel à Philippe Mangou au sein de son cabinet. Moins d'un an après son accession au pouvoir, Gbagbo est confronté à une rébellion armée qui divise le pays en deux. Philippe Mangou est désigné en tant que commandant du théâtre des opérations des Forces armées nationales de Côte d'Ivoire (FANCI). C'est le 13 novembre 2004 que Mangou est promu chef d'État-major des armées.


Lors de la crise militaro-politique de 2010-2011, le général Philippe Mangou prête d'abord allégeance à Laurent Gbagbo avant de retourner sa veste au lendemain de l'arrestation de l'adversaire d' Alassane Ouattara, le 11 avril 2011.