A Yakro, Henri Konan Bédié démonte littéralement Ouattara

Henri Konan Bédié à ses militants « L’heure est grave, ne cédons pas à la peur »

Les paroles fortes d'Henri Konan Bédié à Yamoussoukro
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 19 octobre 2019 à 16:33 | mis à jour le 19 octobre 2019 à 17:33

Les militants du PDCI se sont donné rendez-vous, ce samedi 19 octobre 2019, à Yamoussoukro pour rendre hommage à Félix Houphouët-Boigny. Henri Konan Bédié, président du parti, n'a pas manqué de lancer des piques à son ancien allié Alassane Ouattara et à son parti, le RHDP unifié.

Henri Konan Bédié à ses militants: « L’heure est grave, ne cédons pas à la peur »

Comme on pouvait s'y attendre, Henri Konan Bédié s'est voulu une fois de plus très très incisif à l'égard d'Alassane Ouattara, son ancien allié de la majorité présidentielle.

Aussi, dans son allocution devant des milliers de militants acquis à sa cause, le Président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) a vertement critiqué les tenants du pouvoir, sans oublier de dénoncer certaines de leurs tares.

Saluant tous ceux qui se sont déplacés, ce samedi à la place Jean-Paul II de Yamoussoukro, le successeur de Félix Houphouët-Boigny a lancé : « Vous êtes venus de toutes les contrées du pays, sur des routes chaotiques, soi-disant bitumées, mais d’un bitume biodégradable».

Le tonnerre d'applaudissements qui s'en est suivi n'a pu étouffer cette pique au parti au pouvoir : « Les militants du Parti unifié, à côté de nous, n’arrivent pas à notre ceinture. Ce parti unifié est un nain à côté de nous. »

Poursuivant, il attaque à nouveau ses anciens alliés : « Notre parti n’a pas introduit d’armes dans ce pays. Notre parti n’a fait que bâtir sans verser une goutte de sang. » Allant jusqu'à accuser le Président Alassane Ouattara de diriger la Côte d'Ivoire suivant un « système opaque, mafieux et clientéliste ».

Henri Konan Bédié a par ailleurs dénoncé entre autres « l'orpaillage clandestin, la fraude sur la nationalité, l'occupation illégale des terres et espaces protégés, la prorogation de la validité des Cartes nationales d'identité (Cni) arrivée à expiration. »

Déterminé à reconquérir le pouvoir d'Etat perdu par un coup d'Etat militaire, il y a 20 ans, le président du PDCI a appelé ses militants à se réveiller « pour dire non à cette dictature rampante ». « L’heure est grave, faute d’une justice impartiale, ne cédons pas à la peur », les a-t-il exhortés.


Notons que de nombreux cadres du PDCI ont rejoint le RHDP unifié et utilisent le logo du parti. A ceux-là, Bédié répond : « Nous allons mettre fin à l’utilisation abusive du logo du PDCI. »

Concernant la Commission électorale indépendante (CEI), le Sphinx de Daoukro s'est voulu également formel : « Je voudrais vous informer officiellement que la requête adressée à la Cour Africaine des Droits de l’Homme a été jugée recevable, et nous espérons une conclusion heureuse les jours à venir. »

A un an de l'élection présidentielle de 2020, le ton monte d'ores et déjà entre les différents états-majors des potentiels candidats. Dans cette logique, l'on pourrait donc s'attendre à une réplique du camp présidentiel les jours à venir.