Crise au sommet de l'Etat: Amon Tanoh va quitter Ouattara pour Bédié

Mracel Amon Tanoh, cadre du RHDP serait dans de beaux draps
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 19 février 2020 à 14:57 | mis à jour le 19 février 2020 à 14:57

Marcel Amon Tanoh, ministre ivoirien des Affaires étrangères, par ailleurs cadre du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), pourrait rejoindre Henri Konan Bédié au PDCI-RDA les jours à venir.

RHDP: Clash à l'horizon entre Ouattara et Amon Tanoh, les raisons

C’est un sujet qui revient constamment dans les colonnes de la presse nationale et internationale. Marcel Amon Tanoh, le chef de la diplomatie ivoirienne, ne serait plus en odeur de sainteté avec le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, probable choix du président Alassane Ouattara à la candidature du RHDP pour la prochaine élection présidentielle de 2020.

Selon la Lettre du continent (LC) qui livre l’information dans sa publication N°818 du 19 février 2020, le ministre Amon Tanoh serait dans le viseur du chef de l’Etat Alassane Ouattara. Il devrait dans les prochains jours être débarqué de son poste de ministre des Affaires étrangères à cause de son entêtement à s’opposer au choix de Gon Coulibaly comme candidat du RHDP à la présidentielle.

D’ailleurs, révèle le confrère français, la tension est montée d’un cran entre Amadou Gon et Marcel Amon Tanoh depuis quelques semaines. Une situation qui irrite le chef de l'Etat. « Le président Ouattara supporte difficilement le manque de solidarité que manifeste Marcel Amon Tanoh envers Amadou Gon, futur candidat à la présidentielle et suspecte le ministre d’avoir des ambitions personnelles », révèle le confrère.

Alassane Ouattara envisage de mettre fin aux fonctions de Marcel Amon Tanoh surtout que celui-ci a plusieurs fois été interpellé à revoir ses ambitions à la baisse mais en vain.


La LC confie qu'Amon Tanoh qui continue de faire la sourde oreille aurait même menacé de claquer la porte du RHDP pour rejoindre Henri Konan Bédié au PDCI-RDA s'il est poussé à bout. Une situation qui sans doute fera les affaires du Parti démocratique de Côte d'Ivoire résolument engagé dans la reconquête du pouvoir d'Etat au soir de l'élection présidentielle d'octobre.