Guillaume Soro a-t-il infiltré la garde rapprochée de Ouattara ?

Guillaume Soro et Alassane Ouattara, le torchon brule
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 28 octobre 2020 à 12:52 | mis à jour le 28 octobre 2020 à 14:05

C'est un véritable secret de polichinelle de dire que le torchon brule entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro. Dans une interview accordée à France 24/RFI, le président ivoirien a levé, à demi-mot, un coin de voile sur ce qui l'oppose à son ancien Premier ministre.

Ouattara prêt à brandir ses preuves contre Guillaume Soro

Alassane Ouattara a menacé Guillaume Soro de « prison à perpétuité ». Pour le chef de l'Etat, cette lourde peine serait la juste sentence contre son ancien chef du Parlement, qui disposait de caches d'armes et un véritable arsenal de guerre au siège de son mouvement politique, Générations et peuples solidaires (GPS).

Soro Kigbafori Guillaume soutient de son côté qu'il n'y aura pas d'élection, le 31 octobre 2020, et que le 3e mandat que son désormais ancien mentor entend briguer, est totalement anticonstitutionnel.

Ce bras de fer entre les anciens alliés se fait de plus en plus persistant et contribue à rendre le climat sociopolitique encore plus délétère. Mais, apparemment, ce n'est que la face visible de l'iceberg, car, des choses gravissimes si trament à l'abri des regards du grand public et du commun des mortels.

Relativement aux violences de Dabou, le président Ouattara affirmait au JDD que c'est Guillaume Soro qui est à la manoeuvre, et d'ailleurs qui entendait susciter une « rébellion dans l'armée » pour le renverser. L'intéressé nie certes tous les faits qui lui sont reprochés, mais Alassane Ouattara fait état de nombreuses preuves que détiendrait la justice à ce sujet.

Poursuivant, le confrère lance cette interrogation directe au chef de l'État ivoirien : « Est-il vrai, Monsieur le Président, que Guillaume Soro aurait cherché à actionner les membres de votre garde présidentielle pour éventuellement vous renverser ?»


Sans démentir ce fait, le Président Ouattara a préféré s'en remettre à la justice. « Je ne ferai pas de commentaire sur tout cela. Mais la justice donnera tous les éléments le moment venu», a-t-il déclaré. Avant d'ajouter que la justice se chargera de tous ceux qui commettent des actes graves.




Articles les plus lus