2020: Le dilemme d'Alassane Ouattara face à Bédié et Gbagbo

Alassane Ouattara en route pour un 3e mandat ?

Alassane Ouattara, Président de la république de Côte d'Ivoire
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 03 décembre 2019 à 13:00 | mis à jour le 03 décembre 2019 à 16:46

Alassane Ouattara lève de plus en plus le voile sur son intention de se présenter pour un 3e mandat en Côte d'Ivoire. Après avoir évoqué des conditions extrinsèques liées à ses deux principaux rivaux que sont Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, le Président ivoirien met désormais en avant des conditions intrinsèques.

Alassane Ouattara en route pour un 3e mandat ?

5 janvier 2017, Alassane Ouattara avait annoncé son intention de prendre sa retraite politique définitive avant de se raviser après quelques conseils de ses proches, notamment le ministre Cissé Ibrahim Bacongo. Et depuis, le chef de l'Etat ivoirien continue de maintenir le flou autour de son intention de passer la main à une nouvelle génération ou de rempiler pour un nouveau mandat.

Cependant, lors de la visite d'Etat dans la région du Hambol, le Président Ouattara est à nouveau remonté au créneau pour se prononcer sur l'éventualité de sa candidature à la Présidentielle de 2020. "Si Bédié et Gbagbo sont candidats, alors, je le serai également", avait annoncé le Chef de l'Etat dans le Nord ivoirien.

Cette fois-ci, le Président ivoirien a changé de fusil d'épaule en anonçant : "Si je sens que je suis prêt, je le ferai." C'est dire désormais que la candidature du Président du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP unifié), n'est liée qu'à lui et à lui seul. Aussi, s'il se sent prêt, comme il le dit, il pourrait se porter candidat, que ses deux autres congénères, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, se présentent ou non. N'empêche qu'après 50 ans de service, le Président Ouattara pense à passer la main à une nouvelle génération.


A moins d'un an de l'élection présidentielle de 2020, les états-majors des différentes formations politiques ivoiriens sont en branle pour se mettre en pole position en vue de rafler le suffrage des citoyens ivoiriens. Du côté du pouvoir, des voix s'élèvent pouir dire que "c'est bouclé", c'est géré".



Facebook
Twitter
email
Whatsapp