Soro hausse le ton après la perquisition "illégale" des locaux de GPS

Guillaume Soro, président du GPS a de sérieux ennuis avec l'appareil judiciaire ivoirien
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 14 janvier 2020 à 17:16 | mis à jour le 14 janvier 2020 à 17:16

La délégation ivoirienne du mouvement Générations et Peuples solidaires (GPS) de Guillaume Soro, a dénoncé, mardi 14 janvier 2020, une énième intrusion des agents des forces de l’ordre dans ses locaux sis à Cocody Riviera Golf.

GPS de Guillaume Soro dénonce les «perquisitions illégales» de ses locaux

Le siège de GPS, mouvement dirigé par Guillaume Soro, sis à Abidjan Riviera Golf, a été « illégalement » perquisitionné lundi 13 janvier. Selon Touré Moussa, responsable de la communication de Soro, GPS s’insurge contre l’intrusion, sans présentation aucune de documents légaux, des agents des forces de l’ordre dans ses bureaux de la Riviera Golf.

«Sans présenter aucune autorisation, ces agents de police ont forcé les portes des bureaux et emporté le contenu de tous les tiroirs et de toutes les armoires », dénonce le GPS, ajoutant que du matériel informatique dont des ordinateurs, des disques durs externes et des imprimantes ont été emportés par ces « policiers indélicats ».

«Plus grave, les porte-documents contenant les effets personnels des défunts Me Fakhy Konaté et Lambert Métahapena Coulibaly, respectivement ancien Secrétaire général et ancien Directeur administratif et financier de l’Assemblée nationale ont été dérobés par ces policiers indélicats », a dénoncé Touré Moussa.

Face à ces « récurrentes violations » que l’ancien chef du Parlement ivoirien et ses collaborateurs n’entendent d’ailleurs pas laisser impunies, des actions judiciaires seront intentées contre ces policiers responsables de ces actes de violation.

Mandat a d’ores et déjà été donné au collège d’avocats de Guillaume Soro pour « traduire en justice les auteurs de ces actes délictueux ». L’objectif étant pour Générations et Peuples solidaires d’entrer en possession de ses locaux afin d’y continuer la poursuite de ses activités.


Guillaume Soro et plusieurs de ses proches font l’objet d’une « traque judiciaire » depuis le lundi 23 décembre 2019. L’ancien chef du parlement ivoirien est visé par un mandat d’arrêt international pour tentative de déstabilisation de la Côte d'Ivoire.

Au nombre de 17 personnes dont les députés Alain Lobognon et Soro Kanigui, ses proches eux, sont poursuivis pour divulgation de fausses nouvelles, atteinte à l’autorité de l’État et tentative de trouble à l’ordre public.




Articles les plus lus