Présidentielle 2020: Le trio Soro, Gbagbo et Bédié pour déboulonner Ouattara

Le trio Laurent Gbagbo (à gauche), Henri Konan Bédié (au milieu) et Guillaume Soro pourra mettre fin au régime d'Alassane Ouattara en 2020
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 06 septembre 2019 à 13:05 | mis à jour le 06 septembre 2019 à 13:05

Mohamed M. Diatta, checheur à Institut for Studies Security, a publié, le 2 septembre dernier, un rapport dans lequel, il croit qu'une alliance entre Bédié, Gbagbo et Soro pour les élections de 2020 ébranlerait certainement le régime du président Alassane Ouattara.

Une alliance Gbagbo, Soro, Bédié mettra-t-elle fin au régime d'Alassane Ouattara ?

L'éventualité d'un front commun des formations politiques membres de l'opposition ivoirienne, dans la perspective de l'élection présidentielle d'octobre 2020, est plus que jamais plausible en Côte d'Ivoire. Cette plateforme non idéolodique qui devrait compter dans ses rangs, les deux anciens chefs d'Etats ivoiriens que sont Laurent Gbagbo et Henri Konan Bédié, et probablement Guillaume Soro, ancien chef du Parlement ivoirien, devrait pouvoir à coup sûr faire tomber le régime du président Alassane Ouattara.

C'est le Chercheur Mohamed M. Diatta qui l'affirme dans un rapport publié sur le site de l'Institut for Studies Security (ISS). "Une alliance entre Bédié, Gbagbo et Soro pour l’élection présidentielle de 2020 ébranlerait sans aucun doute le régime de Ouattara", a-t-il fait savoir. Gbagbo, Ouattara, Bédié et Soro, a rappelé le chercheur malien, ont été les principaux signataires de l’accord de Pretoria de 2005. Et depuis lors, a-t-il pousuivi, des alliances ont été formées et dissoutent et continuent de jouer un rôle majeur dans la vie politique ivoirienne.

Henri Konan Bédié et Guillaume Soro, faut-il le rappeler, ont contribué largement à l'accession au pouvoir du candidat Alassane Ouattara lors de l'élection présidentielle de 2010. Ces deux personnalités ont récidivé au sein du groupement politique du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, en apportant leur soutien indefectible au président Ouattara lors de la présidentielle de 2015, lui donnant ainsi une majorité écrasante lors de ce scrutin. Mais depuis lors, beaucoup d'eau a coulé sous le pont et les deux puissants alliés du président du RHDP, ont jugé bon de rompre les amarres avec leur ancien ami.

"Guillaume Soro (président de l'Assemblée nationale jusqu'en février 2019 et ancien secrétaire général des Forces nouvelles rebelles qui ont contribué à l'élection de Ouattara au pouvoir en 2011), ayant également refusé de rejoindre le RHDP, se positionne pour 2020. Il serait également en pourparlers avec Bédié", a fait savoir le chercheur.

Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo sont depuis peu devenus très proches. Les deux hommes ambitionnent de mener ensemble le combat sur certains sujets chauds de l'actualité socio-politique ivoirienne, notamment la question de la réconciliation nationale et celle de la reforme de la CEI, véritable pomme de discorde entre pouvoir et opposition.

A ce sujet, le chercheur Mohamed Diatta déclare: "La question de la réforme de la commission électorale restera une pierre d'achoppement entre le gouvernement et l'opposition. Si rien n'est fait, cela pourrait nuire à la crédibilité du processus électoral et causer de graves bouleversements", a-t-il indiqué. Ajoutant qu'il faut "empêcher que le pays ne soit à nouveau déchiré par des intérêts partisans et personnels. La responsabilité première de la paix incombe aux principaux acteurs politiques (et militaires) du pays, mais l’UA et la CEDEAO pourraient apporter leur aide".



Articles les plus lus