Côte d'Ivoire: Henri Konan Bédié interdit de sortir du pays?

Henri Konan Bédié sera-t-il autorisé à sortir du pays?
Par David Yala
Publié le 29 juin 2019 à 17:00 | mis à jour le 29 juin 2019 à 17:00

Henri Konan Bédié sera à Paris, en France, dans la première semaine du mois de juillet pour une série de rencontres qui le conduiront également à Bruxelles, chez Laurent Gbagbo.

Après ses sorties contre le régime Ouattara, Henri Konan Bédié sera-t-il autorisé à sortir du pays ?

Sauf changement de dernière minute, Henri Konan Bédié devrait embarquer pour la France début juillet. Il prendra sur place une part active à la cérémonie de remise du Prix Félix Houphouet-Boigny. Ce prix organisé par l’UNESCO devrait récompenser cette année 2019 le Premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed All. C’est donc après cette cérémonie qu’ Henri Konan Bédié prendra le chemin de Bruxelles, en Belgique, où il est censé avoir une rencontre avec Laurent Gbagbo, tout comme lui ancien Président de la Côte d'Ivoire.

Les échanges entre l’ancien chef de l’Etat ivoirien libéré récemment par la Cour pénale internationale (CPI), et le « Sphinx de Daoukro », devraient sans nul doute porter sur la nouvelle plateforme politique prônée par Henri Konan Bédié himself dans la perspective de l’élection présidentielle de 2020.

L’équation Henri Konan Bédié

Les dernières déclarations du Président du PDCI-RDA relativement à l’orpaillage clandestin et sur la fraude à la nationalité ivoirienne ont suscité une onde de choc en Côte d'Ivoire. Le gouvernement et le RHDP, parti au pouvoir, ont vivement critiqué cette sortie qu’ils ont jugée similaire à un appel à la haine et à la xénophobie.

« Le Gouvernement tient à rappeler à tous que le racisme, la xénophobie, le tribalisme et la discrimination raciale ou religieuse sont constitutifs d’infractions prévues et punies par la loi pénale », avait clairement stipulé le communiqué signé du porte-parole du gouvernement, M. Sidi Touré.

En janvier dernier, lors d’une rencontre avec la jeunesse du PDCI-RDA à Daoukro, Henri Konan Bédié avait publiquement traité les fondateurs du parti unifié RHDP de ‘’fils adultérins’’ d’Houphouët-Boigny. Pis, le « Sphinx de Daoukro » avait même traité le RHDP de ‘’Rassemblement des détourneurs de derniers publics’’. Une première sortie qui avait en son temps, suscité une levée de bois vert contre lui de la part de certains cadres du parti au pouvoir.

«Dire que les militants du RHDP sont les fils adultérins d’Houphouët, ça ce n’est pas digne du président Henri Konan Bédié. Chaque fois qu’il prend la parole, ce sont des injures. Je n’ai jamais entendu un chef d’état tenir ce genre de propos. Même pendant la crise. Nous lui demandons de rester là où il était. S’il descend dans la poubelle, ce ne sera pas bon pour lui », dixit Kandia Camara, secrétaire générale du RDR, et membre du conseil politique du RHDP.


Quelque temps après, Jeune Afrique, confiait que l’ancien chef de l’Etat ivoirien venait d’échapper de justesse à deux actions majeures qui devraient être actées contre lui par le pouvoir. D’abord qu’il devrait être expulsé de sa résidence d’ancien chef d’Etat à Cocody voire être interpellé après qu’il eut tenu de tels propos virulents à l’encontre du RHDP.

L’hebdomadaire panafricain apprenait qu’au regard de la ‘’gravité’’ des propos d’ Henri Konan Bédié, le Président Alassane Ouattara qui envisageait d’envoyer Hamed Bakayoko, Ministre de la Défense, et le Ministre de la Justice, Sansan Kambilé, lui transmettre un message de fermeté, avait dû se raviser au dernier moment, arguant qu’il n’entendait entreprendre aucune action à l’encontre de son « aîné».

A cette période, cela avait été perçu comme une façon de calmer le jeu. Mais là, la ligne rouge semble désormais franchie. Au regard des derniers développements de l’actualité socio-politique nationale, Henri Konan Bédié sera-t-il autorisé à sortir de la Côte d’Ivoire aussi facilement quand on sait qu’il a, dans son agenda, une rencontre avec l’ancien prisonnier Laurent Gbagbo à Bruxelles ? Aucune hypothèse n’est à écarter.